Radio Laser, l'information locale sur Rennes et les Vallons de Vilaine
Twitter
Facebook
Rss


A la Cantorad' - « L’aide humanitaire pour l’accès à l’eau en Afrique »

Lundi 20 Avril 2015

Mercredi 15 avril, nous avons reçu notre invité Jacques Guignard (Association GoromRennesGorom).


Nous avons abordé dans l'émission la thématique « Aide humanitaire » à travers le vécu de notre invité. Cet aspect de l’aide humanitaire s’attache particulièrement à l’eau. En effet, dans de nombreux pays d’Afrique (Mali, Burkina-faso, Niger,….), les faibles précipitations entraînent une pénurie d’eau, donc une difficulté à cultiver des plantes et élever des animaux d’où le problème de la soif et de la faim pour les autochtones des régions concernés.
Nous avons rappelé la répartition de l’eau sur notre terre. Ainsi, les océans (71% de la surface de la terre) contiennent 97,2% de l’eau de notre planète. Cette eau est salée. Il ne reste donc que 2,8% d’eau douce (dont 2,2% dans les glaciers et les deux calottes glacières, 0,6% dans les nappes souterraines et 0,01% dans les cours d’eau et les lacs). Mais, comme dit plus haut, certaines régions du globe ont très peu de précipitations et jusqu’ici le moyen le plus utilisé est d’aller chercher l’eau en profondeur.

C’est ce que nous avons abordé avec Jacques Guignard.

Après avoir fait connaissance avec notre invité (son vécu, sa formation), nous avons abordé sa motivation puis la genèse et l’historique du projet humanitaire auquel il a participé: désir d’aider des populations en difficulté, départ comme bénévole en 1972 avec la « communauté religieuse rédemptoriste » (fondée en 1732 par Alphonse de Liguori) pour le nord du Burkina-Faso à Gorum Gorum où il retrouvé le Père rédemptoriste Lucien Bidaud en fonction à Dori. Jacques Guignard y est resté deux ans. A cette époque le pays s’appelait « La Haute Volta »qui devint le Burkina Faso (= « pays des hommes intègres »).
Cette région nord du Burkina Faso est frontalière du désert du Sahel et il y règne une grande sécheresse. C’est pourquoi Jacques Guignard a rejoint d’autres bénévoles dont la mission était de participer et d’aider au creusement de puits pour aller chercher l’eau dans des nappes souterraines.
Il nous explique comment on trouve l’eau avec un pendule ou une branche de noisetier : mouvements longitudinaux pour la distance à laquelle se trouve la source d’eau, rotation pour localiser sa profondeur. Ensuite, il faut creuser (souvent à 20 mètres de profondeur).
Il a fortement apprécié l’esprit de solidarité régnant là bas ainsi que la cohabitation entre chrétiens et musulmans dans le cadre d’une autre association impliquée dans le projet :
« l’Union fraternelle des croyants de Dori ». Il y a là bas beaucoup de solidarité et moins d’égocentrisme.
Puis à son retour en France, il nous a raconté qu’ il a passé un BTS agricole puis est devenu éducateur. Il n’est retourné qu’en 1987 à Gorom Gorom suite à la disparition du père Bidaud dans le désert et encore en 1997 avec, à chaque fois ce choc qu’est la joie réciproque de retrouver des personnes qu’il a rencontrés il y a vingt cinq ans. Il en a écrit un livre « Le Sahel de la sécheresse », Edition Sol Air.
Depuis 2006, Jacques Guignard y est retourné tous les ans, mais depuis quelque temps l’association ne s’y rend plus tout en continuant à agir par des intermédiaires qui se rendent dans la région. En effet les risques pour la sécurité des personnes sont importants actuellement( présence du groupeAQ MagrebIslamique). L’association GoromRennesGorom, pour ces raisons agit actuellement plutôt au Niger pour aider à creuser des puits mais aussi pour aider à la logistique (tableaux, bureaux, bâtiments, …) permettant la scolarisation.
L’association vit grâce à ses adhérents, aux aides des collectivités et en organisant des évènements tels que, par exemple, un récital de piano le Jeudi 16 avril 2015 à 20H à l’auditorium de l’Epi Condorcet à Saint Jacques de la Lande.

Site internet de GoromRennesGorom

0415___emission_arpa_speciale_humanitaire.mp3 0415 - Emission ARPA Spéciale Humanitaire.mp3  (46.78 Mo)



Sébastien Lépinoy




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Mai 2017 - 08:00 Graines de Conteurs, apprendre à raconter