Radio Laser, l'information locale sur Rennes et les Vallons de Vilaine
Twitter
Facebook
Rss


PhiPhiRock - 22 mai 2017

Lundi 22 Mai 2017


La playlist du soir

phiphirock___22_mai_2017.mp3 PhiPhiRock - 22 mai 2017.mp3  (54.94 Mo)


913 ème émission Lundi 22 mai 2017
PhiPhiRock 37

Partie 1

Johnny Cash
Rock island line
Mano negra Rock island line
Happy mondays Dustman
Jacques Dutronc La fille du père noël

Rubrique Sortie Printemps art et santé

The Velvet underground
I’m waiting for the man
The Vaselines You think you’re a man
Def Leppard Let’s get rocked

Partie 2

Bérurier Noir
Salut à toi

Bérurier Noir
Lobotomie
Bérurier Noir Porcherie

Biographie Bérurier Noir

Bérurier Noir
Vivre libre ou mourir
Bérurier Noir La jeunesse emmerde le front national

Tagada Jones La peste et le choléra
Trust Antisocial

Sortie PRINTEMPS ART ET SANTE

PhiPhiRock - 22 mai 2017
Printemps art et santé
30 mars-30 juin
organisé par pole art-santé(association active depuis 2013)


Premier festival d’art contemporain en établissements de santé et centres médico-sociaux en Région Bretagne, le Printemps Art & Santé a pour objectif d’intégrer la création artistique dans la vie quotidienne des hôpitaux.
Composé de plusieurs résidences d’artistes, d’expositions et d’événements, le Printemps Art & Santé propose et offre une visibilité aux migrations des processus de production et d’exposition de l’art dans des lieux qui ne lui sont pas réservé.
La rencontre est une richesse.
Le Printemps Art & Santé produit de la rencontre entre les acteurs de la santé et ceux de la culture ainsi que de leurs publics respectifs et vous convie aux événements qui en ont été le fruit.

4 expositions:

- Les Ateliers du Vent: autonomous Spaces
Exposition collective(8 artistes) Autonomous Spaces interroge les identités liées aux handicaps et leurs
représentations culturelles et sociétales.

Conférence de Sarah Heussaff,
mercredi 24 mai à 19h
- Hôpital Pontchaillou Hall du Centre cardiopneumologique (CCP) ORACLE(Julie C. Fortier)
résidence de trois mois au sein de l'équipe mobile de soins palliatif.Composée de textes et de parfums, cette oeuvre traduit en odeurs des récits de vie qui lui ont été confiés par l’équipe lors d’entretiens individuels.
- Centre Hospitalier Guillaume Régnier (pôle G04)département du plaisir/Fonds de la pensée(Camille Bondon)
un projet de recherche et de création en dialogue avec les personnes en soin du centre hospitalier Guillaume Régnier
- Centre Médical & Pédagogique de Rennes – Beaulieu: Le COU(Sophie Déjode et Bertrand Lacombe)
Installée devant le Centre Médical & Pédagogique de Rennes- Beaulieu, l’oeuvre de dimension architecturale pérenne et praticable présentée par Sophie Dejode &
Bertrand Lacombe fait suite à leur résidence de trois mois avec les patients du CM&P.

Pour plus d'info: www.poleartsante.com

Biographie BERURIER NOIR

Bérurier noir, aussi appelé les Béru, est un groupe de punk rock français, originaire de Paris. Il est le groupe phare de la scène punk et alternative française des années 1980, composé principalement de deux membres : Loran à la guitare et Fanfan au chant, issus du mouvement des squats parisiens.
À la différence de la plupart des autres groupes de l'époque (excepté Métal urbain et Warum Joe), ils n'ont pas de batteur. Le « troisième membre » du groupe est Dédé, qui est en fait la boîte à rythmes des Bérurier Noir (une Electro harmonix drm-16). Olaf, l'un des membres de la toute première formation (avant le concert de l'usine de Pali-Kao), fut plus tard membre de Ludwig von 88, un autre groupe marquant de la scène alternative des années 1980.
Dissous en 1989, le groupe se reforme temporairement entre 2003 et 2006.
La discographie de Bérurier Noir est rééditée en CD en 2004 sur leur éphémère label Folklore de la zone mondiale, puis une nouvelle fois en 2012. Elle peut également être écoutée librement sur le site web du groupe.

Formation (1983–1984)
Le groupe (composé d'Olaf et de Stef (witches valley), puis d'Olaf et de Pierrot) se forme en 1978 sous le nom de « Bérurier », en référence à l’adjoint du commissaire San-Antonio des romans de l'écrivain Frédéric Dard. Leur style de musique s'inspire de celui de Métal Urbain : une voix, une boîte à rythmes et une guitare électrique saturée.
À leurs débuts, les Bérurier changent souvent de nom : ils s'appellent successivement Bérurier rebelle, Bérurier véritable, Bérurier Army, Bérurier moine, Béruriers UTDM, Bérurier Fighter, Peste, Barbelés, Poli-Mili…
Les membres du groupe changent aussi. Stef, guitariste fondateur, change de style et quitte le groupe. Pierrot, le nouveau guitariste, est appelé sous les drapeaux, puis, ayant déserté, se voit contraint de faire un séjour en prison. Pour le remplacer, les Bérurier font alors appel au guitariste du groupe Guernica, Loran, qui rejoint bientôt définitivement le groupe. En décembre 1982, Olaf, parti également au service militaire, en Allemagne, annonce à François qu'il quitte le groupe. François et Loran décident alors de faire un concert d'adieu et de mettre un terme à la carrière des Bérurier. En signe de deuil, ils adoptent un nouveau nom : les « Bérurier Noir ». Le concert d'adieu se déroulera le 19 février 1983 à l'usine de Pali-Kao (une ancienne papeterie du XXe arrondissement de Paris qui accueille la frange la plus « alternative » des artistes parisiens). C'est lors de ce concert qu'ils se déguisent pour la première fois.

Première période (1985–1988)
Au lieu d'être un final, ce spectacle les propulse en avant. Après avoir signé avec un petit label (V.I.S.A.), le deuxième concert de Bérurier Noir est organisé dans la salle de La Roquette devant 1 000 spectateurs. L'accueil est chaleureux et le groupe va jusqu'à reprendre trois fois Lobotomie pour faire plaisir à son public. Les Bérurier Noir s'illustrent dans un autre concert improvisé devant le Liberty's (une boîte branchée du quartier latin). À la suite d'un désaccord avec le gérant de l'établissement, le groupe décide de jouer devant le club sur le trottoir. En effet, la boîte avait bouché les entrées d'air pour pousser à la consommation. La police arrive sur place mais le public composé de punks et d'autonomes ne les laisse pas s'approcher des Bérurier, qui continuent à jouer leur musique. Le groupe raconte qu'ils jouent quelques minutes avec leurs masques à gaz sous les gaz lacrymogènes.

Ensuite, le groupe enchaîne les concerts, légalement, dans des salles ou bien de manière « sauvage » dans des squats, dans la rue, dans le métro parisien, dans des amphithéâtres, etc. Les membres du groupe passent la plus grande partie de leur temps dans des squats parisiens comme celui des Vilins à Belleville, et cette vie rebelle militante, se retrouve dans leur son « brut » incisif et tranchant et leurs textes rebelles, crus, violents, le groupe dénonçant l'injustice et incarnant sur scène par sa puissance artistique une sorte d'effervescence insurrectionnelle froide et contagieuse, qui devient par la suite plus festive… Leur réputation grandit très vite en France dans le milieu punk alternatif par le biais du bouche à oreille et des fanzines puis de leurs premiers vinyles, auto-produits par de petits labels punk qui commencent en même temps qu'eux : V.I.S.A puis Bondage Records. Ils arpentent fin 1984 les scènes étrangères (Pays-Bas, Suisse, Irlande) avec d'autres groupes alternatifs français.

Durant l'année 1985, Bérurier noir entame une tournée dans toute la France, mais continue avec ses « mauvaises habitudes ». Les Bérurier organisent un concert sauvage sur un bus, le jour d'une manifestation pour les chômeurs. Leur défilé est stoppé par la police de manière assez violente, et la presse de l'époque relate cette intervention. François et Loran exercent d'autres activités en parallèle « pour manger ». François est manutentionnaire au sous-sol du BHV et Loran animateur dans un centre de loisirs pour enfants à Torcy (en Seine-et-Marne). Cette même année, la composition exacte du groupe est la suivante : François (chant), Loran (guitare), Pascal kung fu (Saxophone), Helno et son frère Ritier (chœurs), Laul alias Bol (chœurs + dessins/pochettes/affiches), la grande Titi (chœur), la petite Titi (chœur).
En 1986, les Bérurier Noir commencent à passer en radio, L'Empereur Tomato Ketchup fait un carton inattendu sur NRJ et séduit la frange la plus jeune du public. Cette soudaine notoriété apporte un nouveau public au groupe, qui se voit qualifié de « commercial » par une petite partie de ses fans de la première heure. De plus en plus de monde se déplace à leurs concerts (47 dates cette année-là), et ils ont même leur propre service d'ordre. En avril 1986, 800 CRS entourent la salle de la Mutualité, à Paris, pendant un concert du groupe. En 1987, ils continuent leurs concerts, jouent dans divers festivals indépendants, à Rock in Squatt et participent même à un concert organisé par SOS Racisme. Leur carrière a toujours été marquée par des positions radicalement antiracistes. En 1987, le groupe comprend François (chant), Loran (guitare), Masto (saxophone), Helno (chœurs), Laul alias Bol (chœurs et graphismes), la grande Titi (chœurs), et la petite Titi (chœurs).

En 1988, ils organisent un concert devant 6 800 personnes au Zénith. Le billet coûte 50 francs (9 euros) ; les Béru veulent dénoncer les prix prohibitifs des concerts. Aucune publicité, un prix modique, quinze personnes sur scène, la salle est comble… Les Bérurier sont alors plus nombreux, ils ont entamé peu à peu une transformation festive tout en gardant la tension froide de leurs débuts, empruntant sur scène des éléments au cirque, mêlant à leurs déguisements grotesques habituels des nez de clown, et sur disque ajoutant des sifflets et des instrumentations orientales aux sirènes de police, mélangeant le punk destroy et l'ambiance « fanfare » sur l'album Abracadaboum. Pour créer cette version « Circus », ils ont été rejoints par des membres d'autres groupes. Sur scène on trouve François, Loran, la petite Titi, Helno, Paskal Kung-Fu, Masto, les frères Lulu, Jojo et un magicien. En matière de rock français, seuls Téléphone et Trust avaient réussi à remplir la salle avant eux. Laul (Bol) qui à son arrivée signe pratiquement tous les dessins et visuels du groupe et Masto sont deux ex-membres d'un autre groupe dont les délires musicaux et la folie scénique ont marqué la scène alternative parisienne, Lucrate Milk.
Ils deviennent le porte-voix d'une partie de la jeunesse, notamment avec une variante du titre "Porcherie" avec le refrain « la jeunesse emmerde le Front national ». Le 20 avril 1988, les Bérurier se voient décerner le Bus d'Acier (un grand prix du rock français) par une presse qui les a quasiment ignorés ainsi que tous les groupes alternatifs de l'époque. Le groupe réagit en faisant un doigt d'honneur au jury. Loran dira plus tard dans un magazine : « La tronche du jury quand on leur a annoncé qu'on n'en voulait pas de leur Bus. Qu'on n'en avait même rien à foutre ! ».
Ce coup d'éclat ne les empêche pas de partir quand même avec le trophée, qu'ils laissent traîner une bonne année dans la boîte à outils de leur camion.

Séparation (1988)
Le 17 avril 1988, quand un groupe terroriste nommé Black War fait exploser les bureaux du président de la Chambre régionale des huissiers, la police accuse les milieux autonomes dont certains membres des Bérurier Noir font partie : ils sont accusés par certains médias et la police. Les accusations sont abandonnées le 23 avril, les personnes arrêtées relâchées, mais l'image du groupe est ternie, des organisateurs annulent leurs concerts. Après une tournée éclair de 3 concerts en Suisse, le groupe décide de se séparer. Toujours dans un esprit festif et décalé, les Béru décident de s'offrir un hara-kiri en fanfare.
Le groupe s'est donc « suicidé » en novembre 1989 lors de trois concerts d'adieu qui eurent lieu à l'Olympia (9, 10 et 11 novembre) en partie à cause de problèmes avec leur label Bondage Records qui désirait garder les masters de leurs enregistrements, de l'enlisement des tournées épuisantes et de leur esprit exigeant d'indépendance qui, outre les divergences sur des questions politiques notamment entre Loran et François, fut source de tension permanente au sein du groupe dans les derniers temps. Les trois derniers concerts des Béru ont été enregistrés et sont disponibles dans l'album live Viva Bertaga. Lors du dernier concert, le 11 novembre, l'Olympia était remplie et il y avait autant de monde à l'extérieur. Loran a demandé à l'équipe de faire entrer tout le monde ou alors le groupe ne jouerait pas.
Durant quatorze ans, les membres du groupe firent chacun leurs expériences en solo, tous dans des voies différentes, avec plus ou moins de succès. François a formé Molodoï et François Béru et les Anges Déchus ; plus radical, Loran créa Ze, Tromatism puis A. D. (Division de la horde). Il est également membre des Ramoneurs de menhirs depuis 2006. Ces quatorze années de silence sont jalonnées par la sortie, tous les cinq ans, d'un album souvenir, qui relance à chaque fois des rumeurs de reformation.


Le 4 décembre 2003, le groupe fait un concert aux Transmusicales de Rennes. Les quelques milliers de personnes n'ayant pu obtenir de place ce jour-là furent à l'origine de heurts avec les CRS à l'extérieur de la salle. Les médias parlent immédiatement de reformation, le groupe préfère parler de « transformation » ou de « déformation ». Ce concert coïncide avec la sortie du coffret Même pas mort, retraçant la carrière du groupe, ainsi que le concert d'adieu de l'Olympia de novembre 1989. Ils donnent de nombreuses interviews, beaucoup espèrent un réel retour des Béru sur le devant de la scène. Après le succès du concert de Rennes et leur envie manifeste de rejouer et de reprendre leur route ensemble, le groupe s'engage pour deux concerts énormes : à Québec le 11 juillet 2004 devant 50 000 adeptes du groupe au Festival d'été de Québec et lors du festival de Dour en Belgique le 18 juillet. Le groupe apparaît aussi par surprise au festival du journal Combat Syndicaliste (journal de la CNT) aux Voûtes à Paris, ainsi qu'à L'Abattoir, café-concert à Lillers lors d'un concert où participaient des groupes du label FZM (Folklore de la zone mondiale, dont le logo ornait déjà les albums des Béru à l'époque), créé par le groupe en 2004. Par ce label, les Béru diffusent leurs disques, mais relancent surtout toute une « contre-culture en mouvement » en diffusant de nombreux fanzines, écrits politiques, comics indépendants, ainsi qu'une multitude de petits groupes indépendants. Le groupe joua aussi au mois d'août 2005 à Brest, lors du festival Astropolis, où une soirée FZM était organisée. Ce concert fut un concert surprise, le groupe étant annoncé sous le nom de « Kamouflage ».

La dissolution des Béru est annoncée le samedi 6 mai 2006 
: « Considérant que l’aventure bérurière entre 1983 et 1989 est restée dans le cœur de tous comme une époque héroïque, empreinte d’amitié et de solidarité, et que nous devons la préserver ; considérant également que le retour du groupe entre 2003 et 2006 fut provisoire et qu’il ne s’agissait pas d’une reformation classique, le groupe Bérurier Noir décide de s'autodissoudre en mai 2006. Il sortira dans quelques mois un nouvel album intitulé « Dérive mongole » pour signifier la fin de cette aventure collective, généreuse et combative, une façon de rendre hommage au mouvement de la jeunesse qui a soutenu le groupe depuis plus de vingt ans. Salutations bérurières. » Cet ultime album, rebaptisé Invisible, est sorti le 4 décembre 2006.

À la suite des concerts de « déformation », Bérurier Noir sort un CD-DVD retraçant ces événements, L'Opéra des loups réalisé par Stef Bloch (Le peuple de l'herbe, Higelin, Micropoint, Gnawa diffusion…). On a pu les voir à la fin de la manifestation du 1er mai 2006 « mais sans François, donc amputés » jouer sur un véhicule aux couleurs de la CNT.

Depuis l'autodissolution de Bérurier Noir le 6 mai 2006, Loran et Masto montent de temps en temps sur scène par surprise pour reprendre les titres des Béru sous le nom d'« Amputé Commando Bérurier », du fait qu'ils sont amputés d'un membre (François). Loran, parallèlement, joue dans un groupe : Les Ramoneurs de menhirs, qui reprend des chants traditionnels bretons chantés en français ou en langue bretonne avec une tonalité punk et joue quelques morceaux de Bérurier Noir. Le chanteur (François), qui depuis des années est passionné par l'Asie du Sud-Est, est devenu ingénieur de recherche au CNRS après avoir obtenu un doctorat d'histoire en 2003.

Philippe Reniche, choriste, est torturé et assassiné dans la nuit du 15 août 2007 par deux personnes qui l'ont pris en auto-stop sur son chemin alors qu'il sortait d'une discothèque. Ses assassins sont condamnés en 2010 à la perpétuité assortie d'une peine de sécurité de 20 ans.
En 2015, une nouvelle chanson, Mourir à Paris, est composée suite aux attentats à Paris de janvier, mais est diffusée sur le site du groupe le lendemain des attentats du 13 novembre.

Membres
François (Fanfan) - chant
Loran - guitare, hurlements, boîte à rythmes
Masto - saxophone, tambour, chœurs
Jean-Mi - programmation, boîte à rythmes
La Petite Titi - chœurs, grimaces bérurières
La Grande Titi - chœurs, agitation clownesque
Helno - chœurs, folie furieuse
Laul (Bol) - chœurs, graphismesn pochettes
Jojo - chœurs, cracheur de feu
Paskal Kung Fou - saxophone
Marsu - manager, producteur

Discographie
Albums studio

1983 : Macadam massacre
1985 : Concerto pour détraqués
1987 : Abracadaboum
1989 : Souvent fauché, toujours marteau
2006 : Invisible
Albums live
1990 : Viva Bertaga (LP live du concert d'adieu 22 titres)
1995 : Carnaval des agités (LP live 21 titres)
1998 : La Bataille de Pali-Kao (LP live 20 titres)
2003 : Même pas mort (2 DVD + CD contenant titres live et inédits)
2005 : L'Opéra des loups + Chants des meutes ( DVD + CD live 16 titres ou DVD seul réalisé par Stef Bloch)
Compilations
1999 : Enfoncez l'clown (CD best-of 21 titres remasterisés)
Singles et EP
1983 : Meilleurs extraits des deux concerts à Paris (K7 12 titres)
1983 : Nada (LP 4 titres avec Guernica - compilé sur le CD Macadam Massacre
1984 : Macadam massacre (SP 3 titres)
1984 : Nada 84 (EP 4 titres)
1985 : Nada nada (EP 6 titres)
1985 : Joyeux merdier (EP 4 titres ; compilé sur le CD Concerto pour détraqués)
1986 : L'empereur tomato ketchup (SP 2 titres - compilé sur le CD Abracadaboum)
1988 : Ils veulent nous tuer (juin 1988) (compilé sur le CD Abracadaboum)
1988 : Nuit Apache (EP) (SP 2 titres)
1988 : Makhnovtchina (SP 3 titres (la face A est du groupe Haine Brigade ; compilé sur le CD Enfoncez l'clown)
1988 : Viêt Nam-Laos-Cambodge (SP 2 titres)
2017 : Dérive Mongole #01 (SP 2 titres)
Œuvres en ligne
2015 : Mourir à Paris (sur le site de Bérurier Noir en hommages aux victimes des attentats de 2015).
2017 : Au Pays Des Routes Contraires (tiré du 45t Dérive Mongole #01)
2017 : Mourir A Falloujah (tiré du 45t Dérive Mongole #01)

Extrait de wikipedia.org





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 19 Septembre 2017 - 21:23 Rock - Des Riffs du Kiff n°299 - Focale Actu Rock

Lundi 18 Septembre 2017 - 21:00 PhiPhiRock - 18 septembre 2017


Recherche

Réagissez en direct


Écoutez la radio en direct sur le net




Grille des programmes de Radio Laser 2015-2016


Top 50 PLAYLIST RADIO LASER


Devenez bénévole


Inscription à la newsletter


L'économie Sociale et Solidaire en Bretagne