Radio Laser, l'information locale sur Rennes et les Vallons de Vilaine
Twitter
Facebook
Rss


Une journée dans un centre médico-social

Lundi 12 Juin 2017

Rencontre avec les résidents et personnels de l'Olivier, à Bruz. Un institut médico-éducatif qui accueille des personnes en situation de handicap mental, dont certains également handicapés moteurs. Le déroulement d’une journée avec eux, avec ses organisations, et ses imprévus.


Une journée dans un centre médico-social

reportage_l__olivier.mp3 Reportage l'Olivier.mp3  (14.95 Mo)



Un peu d’histoire

L’Olivier fait parti de l’Arche. Son principe est d’accueillir des personnes handicapées mentales dans des lieux de vies partagés. Créée par Jean Vanier en 1964, les communautés de l’Arche sont présentes partout dans le monde. On en compte pas moins de 147 dans le monde, dont 32 en France. « Notre mission est de faire connaître le don des personnes avec un handicap intellectuel et travailler ensemble à construire une société plus humaine » peut-on lire sur leur site internet. Une valeur mise en avant depuis plus de 50 ans.

«Ensemble, que nous ayons ou non un handicap intellectuel, nous partageons notre vie et notre travail dans des communautés membres d’une fédération internationale. Les relations mutuelles et fraternelles sont au cœur de notre engagement. Nous affirmons la valeur unique de chaque personne et notre besoin les uns des autres.» Extrait de l’énoncé d’identité et de mission des communautés de L’Arche au travers le monde.


Vivre ensemble depuis 28 ans

Si l’Arche a été fondé il y a plus d’un demi-siècle maintenant, l’Olivier fête cette année ses 28 printemps. Créée en 1989, elle porte le nom d’un jeune garçon pluri-handicapé, décédé il y a plus de 30 ans. Eric Thibault, l’actuel directeur, chacun peut y trouver sa place, « Là où il a du talent, il doit pouvoir le manifester »
Aujourd’hui, ce sont près de 45 adultes déficients intellectuels qui se côtoient au quotidien, certains depuis plus de 20 ans. Répartis dans 4 foyers, ils peuvent bénéficier ainsi d’une autonomie et d’un véritable « chez-soi ». Des résidences aux consonances bretonnes : Ty Laouen, Udayan, Jéricho et Ti Bemdez.

Mettre en œuvre ses savoir-faire

En plus d’être « voisins » de palier, les résidents bénéficient de temps d’activités qui leurs permettent de pratiquer toutes sortes de disciplines. Certains peuvent s’épanouir en arts plastiques ou en équitation. Les plus autonomes vont pouvoir directement apporter leurs mains à l’Esat (*). Dirigé par Alain Derré, on y fabrique des statuettes, mais aussi des confitures, et des rhodoïdes (supports pour boîtes de thés).

(*) Etablissement et service d’aide par le travail

Des salariés…et des bénévoles

L’Olivier compte aujourd’hui 25 salariés. Parmi eux des éducateurs spécialisés, des moniteurs éducateurs, des animateurs…Mais il y a aussi des services civiques. La plupart sont là depuis septembre, et devraient terminer au mois de juin. S’ajoutent à cela les nombreux bénévoles qui viennent prêter main forte.
Maryvonne, retraitée, a choisi de consacrer le plus clair de son temps à s’occuper des personnes en situation de handicap. Enfin n’oublions pas les stagiaires, la plupart pour le métier d’Educateur spécialisé. Colette, 22 ans, est ici depuis près de 4 mois, et arrive en fin de formation.
Pour elle, c’est un crève-cœur de quitter le foyer qu’elle a servi depuis Noël. « J’appréhende un peu la fin, parce qu’on s’attache finalement à toutes les personnes ». Elle retiendra surtout ce lien très fort qu’elle aura tissé avec les résidents, mais aussi ses collègues.

Remerciements

Soirée anniversaire, avec toute la "famille" L'Olivier
Soirée anniversaire, avec toute la "famille" L'Olivier
Un grand bravo et merci à:
​- Eric Thibault, directeur de l'Olivier,
-Marie-Emmanuelle, responsable des activités de jour,
​- Valérie, monitrice,
​- Les salariés, services civiques, et bénévoles,
Pour leurs réponses, leur dévouement et leur patiences


Quentin Lacrome