Radio Laser - Ecoutez la proximité

"A LA CANTORAD" 2ème/4: LES ANIMAUX; êtres sensibles, législation pour les respecter...

Dimanche 11 Mars 2018

Dans cette 2ème chronique avec notre invité, Luc Florand, vétérinaire, nous abordons la législation et les recommandations de l'UNESCO (et de l'UE) concernant ce qui doit être fait par les humains, dans divers situations, pour respecter au mieux l'animal. Dans la troisième chronique nous aborderons le vécu de l'animal destiné à l'alimentation humaine concernant l'élevage, le transport, sa fin de vie, etc.


Salon de l'Agriculture mars 2018: RESPECTONS LES
Salon de l'Agriculture mars 2018: RESPECTONS LES
  La semaine dernière, nous disions que les animaux sont depuis quelques décennies déclarés comme des êtres sensibles. dont la dignité doit être respectée.
  Cette semaine nous analysons les dix articles de la déclaration des "droits" de l'animal proclamée par l'UNESCO dès 1979 dont l'essentiel a été repris dans des textes élaborés par la Communauté Européenne.
   Nous les citons ci-dessous (#) et vous invitons à écouter nos analyse avec notre invité vétérinaire, Luc Florand,en cliquant sur le lien du podcast ( 34min 30s), placé en bas du texte.   Bien à vous.    Bernard & André
(#) 
  • Article premier Tous les animaux ont des droits égaux à l’existence dans le cadre des équilibres biologiques. Cette égalité n’occulte pas la diversité des espèces et des individus.

  • Article 2 Toute vie animale a droit au respect.

  • Article 3 Aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels. Si la mise à mort d’un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d’angoisse. L’animal mort doit être traité avec décence.

  • Article 4 L’animal sauvage a le droit de vivre libre dans son milieu naturel, et de s’y reproduire. La privation prolongée de sa liberté, la chasse et la pêche de loisir, ainsi que toute utilisation de l’animal sauvage à d’autres fins que vitales, sont contraires à ce droit.

  • Article 5 L’animal que l’homme tient sous sa dépendance a droit à un entretien et à des soins attentifs. Il ne doit en aucun cas être abandonné, ou mis à mort de manière injustifiée. Toutes les formes d’élevage et d’utilisation de l’animal doivent respecter la physiologie et le comportement propres à l’espèce. Les exhibitions, les spectacles, les films utilisant des animaux doivent aussi respecter leur dignité et ne comporter aucune violence.

  • Article 6 L’expérimentation sur l’animal impliquant une souffrance physique ou psychique viole les droits de l’animal. Les méthodes de remplacement doivent être développées et systématiquement mises en œuvre.

  • Article 7 Tout acte impliquant sans nécessité la mort d’un animal et toute décision conduisant à un tel acte constituent un crime contre la vie

  • Article 8 Tout acte compromettant la survie d’une espèce sauvage, et toute décision conduisant à un tel acte constituent un génocide, c’est à dire un crime contre l’espèce. Le massacre des animaux sauvages, la pollution et la destruction des biotopes sont des génocides.

  • Article 9 La personnalité juridique de l’animal et ses droits doivent être reconnus par la loi. La défense et la sauvegarde de l’animal doivent avoir des représentants au sein des organismes gouvernementaux.

    - Article 10 L’éducation et l’instruction publique doivent conduire l’homme, dès son enfance, à observer, à comprendre, et à respecter les animaux. La Déclaration Universelle des Droits de l'Animal a été proclamée solennellement à Paris, le 15 octobre 1978, à la Maison de l'Unesco. Son texte révisé par la Ligue Internationale des Droits de l'Animal en 1989, a été rendu public en 1990

       
     
0311_dimanche_cantorad_02.mp3 0311-dimanche-cantorad-02.mp3  (47.39 Mo)


Bernard SAIAG