Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


C’est beau d’emplir les corps d’émotions par ces petites choses abstraites que sont les mots. Des mots plats qui prennent forme en formant des phrases

Mercredi 8 Décembre 2021


La création artistique en tout genre n’est pas toujours une chose aisée mais la passion demeure une de se composante essentielle comme nous allons le découvrir dans ces mots que nous confie Arno Labo.


chronique_du_08_12_2021.mp3 Chronique du 08_12_2021.mp3  (2.51 Mo)


C’est beau d’emplir les corps d’émotions par ces petites choses abstraites que sont les mots. Des mots plats qui prennent forme en formant des phrases



Chronique :
Où est passé le flow ? Cet état de suspens où plus rien ne compte mis à part la tâche que l’on produit ? J’écris aujourd’hui sur le fait que je n’arrive pas à écrire.
Je n’y arrive pas, ou plutôt plus comme avant. La machine tourne, mais elle tourne précisément comme une machine. Cela manque d’âme.
Mes mots sont lourds, aussi lourds que mes jeux de mots l’étaient. Mais aujourd’hui, ils ne sont plus là, du moins ils le sont moins.
La machine tourne mais elle tourne moins bien. Et pourtant, la machine tourne moins car il n’y a plus ce petit grain de sable, ce petit grain de folie.
Ais-je brûlé la chandelle par les deux bouts ? Je ne sais pas, mais ça valait le coup. Si je trouve que je n’écris plus bien. C’est le signe que j’ai écrit. Alors, c’est bien.
J’aime faire briller les lettres pour faire chanter les images. J’aime faire chanter l’amour qui se devine plus encore entre les lignes.
J’aime imaginer le sourire et l’air outré qu’engendre mon idiotie. Tout autant que j’aime me dire qu’un jour, mes mots seront lus et adouciront quelques cerveaux.
Je veux faire tomber l’esprit au plus profond du cœur. Je veux faire jaillir des larmes chaudes, que ce soit de joie ou de tristesse.
C’est beau d’emplir les corps d’émotions par ces petites choses abstraites que sont les mots. Des mots plats qui prennent forme en formant des phrases.
Et, sachez qu’avant tout, ces phrases que j’écris produisent en moi ces rires, ces chagrins, ces larmes et ces sourires.
Car oui, c’est de moi que j’écris pour vous. Mais c’est aussi de vous que j’écris pour moi.
Après tout, je ne sais pas pourquoi je dis tout ça. Simplement parce qu’il me fallait écrire.
Je pensais écrire sur le fait que je n’y arrive pas. Or, je suis si bavard que le jour où mon buvard n’aura plus d’encre à boire n’est pas arrivé.
C’est pourquoi, je continuerai. Au moins encore un peu…, tant que je le peux.
 



 
 
 
 
 

 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche







Inscription à la newsletter