Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Ce maudit Bic et Moby Dick

Vendredi 29 Janvier 2021


Notre ami Arno Labo vous présente sa petite prose de la semaine, à la fois houleuse et amoureuse… Enfin, s’il arrive jusqu’à la fin !


chronique_68.mp3 Chronique 68.mp3  (2.62 Mo)


Téléchargez la chronique

Ce maudit Bic et Moby Dick


Il est des tempêtes qui font sur le cœur le même effet que sur les bateaux. On se rompt à ne pas trépasser lorsqu’une lame de fond parvient à vous faire chavirer.
Alors, l’amour et l’amer ont la mort en partage. On est chahuté de part en part et on s’accroche à la barre pour ne point dévier vers les roches acérées.
Le mal de mer et la peine de cœur donnent des nausées qui se ressemble. On termine en larmes et le sel nous sèche l’âme.
On se rattrape alors à une planche de bois qui devient le frêle esquif permettant de se maintenir à flot.
On sanglote autant qu’on grelotte dans le froid. Tentant d’échapper aux requins qui tournent bientôt autour de nous.
Seuls compagnons dans cette étendue de solitude. On souhaite bientôt qu’ils nous dévorent pour nous sauver d’une mort lente.
Car oui, il est bien plus héroïque de mourir mangé par un animal que d’être consumé (dans l’eau en plus) par les affres de l’âme.
Ô amoureux transit, collé à l’espoir, rompu à ne point s’échoir. Mon royaume pour une serviette, mon cœur pour un séchoir.
Qui me sauvera de l’océan de turpitude qui me fait rompre l’absurde pour une poésie au lyrisme idiot ?
Werther se moquerait-il donc du héros de Melville ? Lorsque la baleine blanche se… Ah merde.
Bon je n’ai plus d’encre dans ce maudit bic ! Je vais donc achever ma prose lyrique à laquelle il manque une corde.
Cette histoire s’achève comme elle a commencé : Sur une encre qui n’a pu trouver où s’arrêter. C’est pourquoi elle doit échouer. 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert