Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Chronique Confinée 33 – Le Lutin Harcèlemoutons

Mardi 15 Décembre 2020


Avec le changement de ce mardi 15 décembre, la Chronique d'un confiné mute en une chronique confinée. Arno Labo nous raconte l’histoire de lutins de Noël qui découvrent le monde nouveau des hommes… Cela promet ! Le premier jour, c’est le tour d’Harcèlemoutons !


chronique_confinee_33.mp3 Chronique Confinée 33 – Le Lutin Harcèlemoutons  (3.18 Mo)

Téléchargez la chronique

Chronique Confinée 33 – Le Lutin Harcèlemoutons

INTRODUCTION
Il était une fois, un monde qui n’était plus magique. Il était une fois, notre monde à nous, fait de supermarchés, d’internet, de grandes personnes occupées et d’enfants connectés à leurs tablettes…
Les fées des contes et les magiciens s’étaient reclus dans un coin de l’imagination de certains grands enfants. Ils restaient discrets mais continuaient de surveiller ce monde sans magie mais rempli de technologie…
Il fallait agir pour raviver l’émerveillement et la malice. C’est pourquoi, un beau jour, une petite fée pétrie des vieilles traditions, s’empara de la situation et décida d’envoyer en secret quelque petits lutins dans le monde des humains…
 
Jour 1 Harcèlemoutons 
Le premier jour, la petite fée envoya Harcèlemoutons. C’était un lutin qui, autrefois, allait téter le lait des brebis et s’amusait toute la nuit avec les moutons qui étaient enfermés dans la bergerie.
            Harcèlemoutons, par un enchantement atterri donc dans le monde réel. Il n’y était pas revenu depuis des centaines d’années. Il ne reconnaissait plus rien. Tout avait changé.
            Il cherchait les moutons, mais il ne trouva rien. Pas une bergerie, pas de pré-salé, il n’entendait ni bêlement ni ne trouvait de laine pouvant lui montrer le chemin des ovins.
Dans sa quête, il tomba finalement sur un supermaché. Bien sûr, c’était la nuit et tout était fermé. Toutefois, les lutins ne s’arrêtent pas à une devanture close. Hop, en deux petits tours magiques, il pénétra et commença à arpenter les rayons bien rangés.
Il lui fallut peu de temps pour trouver le coin lait. Quelle ne fût pas sa surprise en découvrant, rangés dans des bouteilles, mille sortes de laits différents. Très vite, il vit du lait de brebis.
Il ôta le bouchon et bu une bouteille tout d’un coup, puis une autre, et une autre, puis encore une… Au bout d’un moment, il avait un ventre tout rond et il s’endormit au milieu des récipients vides jonchant le sol du rayon.
Il était si repu qu’il ronflait à en alerter le gardien qui faisait sa ronde. Quelle stupeur fut la sienne lorsque, passant avec sa lampe, il aperçût un bout de bonnet vert au milieu de tout ce bazar.
La fée veillait sur son petit lutin qui ne pouvait courir à cause de sa jambe de bois et, immédiatement, elle le fit revenir, par un tour de magie dans le monde imaginaire des contes. Le pauvre homme ne vit qu’une trainée de poussière dorée s’échappant des bouteilles renversée…
Autant dire que, lorsque le magasin rouvrit le lendemain matin, le pauvre homme se fit bien gronder par son patron. Et, bien sûr, il ne put en rien expliquer ce qu’il s’était passé dans la nuit.
Auriez-vous raconté qu’un bonnet vert avait tout dégommé dans le rayon et s’était échappé dans une pluie dorée ? Je n’en suis pas sûr… Car cela n’arrive jamais dans la réalité. Et pourtant, c’était bien ce qu’il s’était passé cette nuit-là.
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert