Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Chronique Confinée 44 – Le Lutin Crocheviande

Mercredi 30 Décembre 2020


Il est temps de découvrir, en ce beau jour de Noël, l’histoire malheureuse et pitoyable de notre douzième lutin envoyé sur Terre…


Téléchargez la chronique
chronique_confinee_44___le_lutin_crocheviande___arno_labo___diffusion_le_25__12_2020.mp3 Chronique Confinée 44 – Le Lutin Crocheviande - Arno Labo - Diffusion le 25 _12_2020.mp3  (2.96 Mo)


Chronique Confinée 44 – Le Lutin Crocheviande

Jour 12 Crocheviande 
Le douxième jour, la fée ne croyait plus à son souhait initial. Elle accorda tout de même à Crocheviande d’aller se promener parmi les hommes. Après tout, c’était l’un des derniers à n’avoir pas eu cette opportunité.
Le lutin fut donc envoyé à son tour sur Terre et tomba bientôt près d’une boucherie. Le petit malin était toujours à l’affut d’un bon bout de viande et, pour s’en saisir, il utilisait un petit crochet.
Arrivant dans le magasin par l’arrière, il entra directement dans le lieu où l’on préparait la viande qui serait vendue. Crocheviande, curieux comme le sont ces créatures, découvrit une porte dont l’entrée était interdite.
Habilement, il parvint à pénétrer malgré l’énorme poignée qu’il fallait tourner. C’était la chambre froide. Là où l’on entrepose les futures entrecôtes avant qu’elles ne soient découpées.
Autrement dit, il trouva des carcasses qui n’étaient pas encore travaillées. Il fut des plus étonné en remarquant qu’elles étaient accrochées à d’énormes crochets de fer. Le sien, à côté, ne valait vraiment  rien.
Il n’était pas jaloux pour deux sous. Toutefois, en voyant ceux-là, une pointe de jalousie le titilla un peu… Oubliant le froid qui commençait déjà à lui geler le bout des orteils, il se saisit du plus gros où était accroché la moitié d’un veau.
Or, un lutin, ce n’est pas bien gros à côté d’un bœuf, même si ce n’est qu’un bébé. Il ne se démonta pas et tacha de s’emparer de la pièce qui, manifestement, était trop grosse pour lui.
Finalement, épuisé, il s’assit pour se reposer. Mais, c’était là une mauvaise idée. Le froid était tel qu’il ne sentait plus ses petits doigts, ni son nez, ni ses pieds. En fin de compte, la fée le ramena, dépitée qu’elle était.
Ce n’était plus qu’un glaçon lorsqu’il revint parmi les siens, au royaume des lutins.
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Septembre 2021 - 08:30 World of Vaxcraft - Le billet d'humeur de Wiggie