Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Chronique de l’absurdité quotidienne, le retour des Dodos

Dimanche 17 Janvier 2021


Vous allez voir que, ce n’est pas parce qu’on a trouvé le moyen de faire revivre le Dodo que vous n’en perdrez pas le sommeil !


chronique_58.mp3 Chronique 58.mp3  (2.76 Mo)

📲 Téléchargez la chronique

Chronique de l’absurdité quotidienne, le retour des Dodos


Depuis maintenant quelques temps, une découverte en génétique permet d’énormes avancées sur l’ADN, en vue de permettre la reconstitution de génomes complets d’animaux éteints depuis des milliers d’années.
Grace au paléogénétien français Ludovic Orlandon, le premier animal, aussi fantastique qu’éteint depuis des centaines d’années, vient d’être reproduit à partir de traces génétiques résiduelles. Il s’agit du Dodo in vitro !
De nombreux autres spécimens sont à naître d’ici peu et déjà, le monde scientifique s’enthousiasme à l’idée de retrouver une espèce disparue depuis si longtemps.
Néanmoins, se pose une question importante d’un point de vue éthique. En effet, la science avance pour faire réapparaitre des espèces disparues, tandis que le monde ne fait que trop peu pour préserver celles à disparaitre.
Rappelons que le 20eme siècle a éradiqué une grande partie de la faune et flore. Le fameux site Wikimédia rapporte que, « les amphibiens sont les plus menacés (41 % d'espèces en danger), devant les oiseaux (26 %) et les mammifères. 60 % des coraux pourraient mourir avant même 2050 ».
La situation à venir est grave. Elle mérite notre attention. Ainsi, si les solutions sont parfois dans le passé, il faut rester tourner vers l’avenir. D’autant plus lorsqu’il devient si présent.
Le passer informe sur le présent visant à prévenir l’avenir. Ce faisant, si l’on est heureux à l’idée de retrouver les dodos. Ne nous reposons pas sur nos lauriers au point de s’y endormir en rêvant d’un futur merveilleux, sans quoi le réveil sera désastreux.
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert