Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Combien de battements de cœur ? Et pour qui ce cœur a-t-ll battu à tout rompre, à se rompre lui-même ?

Mardi 25 Janvier 2022


Le temps passe si vite qu’on vous propose un moment de pause dans sa course effrénée avec la chronique d’Arno Labo !


chronique_du_25_01_2022.mp3 Chronique du 25_01_2022.mp3  (2.49 Mo)


Combien de battements de cœur ? Et pour qui ce cœur a-t-ll battu à tout rompre, à se rompre lui-même ?



Chronique :
Faut-il être fou pour esquiver le résultat de début de parcours ? Celui qui peut tout ruiner s’il est mal interprété. Il faudrait voir à ne pas se laisser happer par cette chose qui court sans jambes et nous fait parfois marcher à côté de nos pompes.
Le temps passe, suivons-le ! Ne le laissons pas filer. Ne passons pas à côté de lui sans le saluer à chacun de ses pas. Marquons une pause pour contempler le chemin qui vient de passer.
Un an c’est long. Un mois semble si court. Mais, n’avons-nous rien accompli durant ces quelques jours ?
Demandons-nous combien de fois a-t-on souri ? Et si c’est beaucoup, ce n’est jamais assez. Combien de rires, de baisers, d’a ccolades, d’espoir et de coup de foudre ?
Combien de battements de cœur ? Et pour qui ce cœur a-t-ll battu à tout rompre, à se rompre lui-même ? Combien de fois le sang nous est-il monté aux joues. Et était-ce de colère, de gêne langoureuse, de chaleur torride ?
Il faut se poser ces questions. Il faut marquer un temps d’arrêt car le temps, lui, ne s’arrête pas de lui-même. Sauf, peut-être lui arrive-t-il de ralentir lorsqu’on est si pressé par la vie que l’on crain qu’elle ne s’arrête.
Vivre. Rire. Pleurer. Sentir… combien de fois a-t-on fait tout cela en ces quelques jours qui constituent un mois ?
Alors oui, la vie est là. Le quotidien assomme. Il y a les nécessités urgentes, rituelles et finalement si futiles. Toutefois, apprendre à vivre, c’est aussi apprendre à prendre un pas de recul pour discerner entre les ombres le vrai fil du monde.
Tout change à toute vitesse et en même temps si lentement. On ne voit rien bouger de près. Il faut se reculer un peu pour observer le mouvement plus grand qui modifie les grandes structures d’une époque.
Que de changement en un siècle, en une décennie, mais aussi en un an, un mois, une journée, et même parfois, suffit-il d’une nuit…
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert







Recherche





Les derniers Podcasts



Inscription à la newsletter