Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Des tranchées au Black Friday

Jeudi 12 Novembre 2020



chronique_confinee_8_1.mp3 Chronique d'un confiné-Des tranchées au Black Friday.mp3  (2.72 Mo)


Des tranchées au Black Friday

Je regarde tomber les feuilles en pensant à mes cheveux par analogie. S’ils tiennent moins à moi que moi à eux, c’est donc ma barbe que je regarde pousser. L’œil morgne, la mine basse, hier c’était jour férié, j’ai pu regarder des dessins animés toute la journée.
 
Or, à mesure que ma barbe pousse, et qu’elle me gratte… J’ai repensé aux barbus. C’est normal, nous fêtions l’Armistice et nous nous rappelions à cette occasion, les combats qui ont marqué ce monde qui entrait à peine dans un nouveau siècle.
 
Un nouveau siècle pour une nouvelle guerre. Ca semble logique. Elle est parvenue à marquer, autant les esprits que les gueules, qui furent tout cassés. Par ce jour de fête, on fête aussi un jour de peine. Eh oui, sans guerre, pas de paix possible. Autrement dit, si tu veux faire la paix, commence par faire la guerre !
 
J’aime bien ce genre d’argument tout aussi idiot qu’ils ne sont pas faux. Pourtant, le monde a bien avancé. Cela fait plus de cent ans et d’autres évènements ont succédés à cette première Grande Guerre qui nous a tous marqué, enfin je l’espère…

Jusqu’à présent, le 11 novembre, on fêtait l’Armistice. Maintenant, on fête le black Friday. Disons qu’on remarque là un certain changement de style. Cette modification me semble particulièrement symptomatique de l’évolution du monde entre le 20ème et le 21ème siècle.
 
En effet, on passe d’une guerre de tranchées à une guerre de marchés. Néanmoins, on pourra aussi remarquer une certaine continuité en précisant que 14-18 était la première Guerre Mondiale et que ce mode mondialisé de la guerre reste de mise.
 
Le monde s’est donc ouvert. On pourrait faire un petit pléonasme, si ce n’est une tautologie, en disant que le monde s’est mondialisé. Les conflits se sont ouverts et maintenant tout vert est le premier des conflits qui risque de nous casser la gueule.
 
Cependant, comme le faisaient nos pères après la guerre, même avec la caboche amochée, sachons garder le sourire et fêtons la paix pour qu’elle dure le plus longtemps possible.


 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert





Dans la même rubrique :
< >