Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


« Hé, pourquoi une plume sur ta tête ? – Mais non, ce n’est pas une plume, c’est une arête de poisson volant ! »

Vendredi 1 Avril 2022



« Hé, pourquoi une plume sur ta tête ? – Mais non, ce n’est pas une plume, c’est une arête de poisson volant ! »

 

s2_ep_100_____he,_pourquoi_une_plume_sur_ta_tete_____mais_non,_ce_n_est_pas_une_plume,_c_est_une_arete_de_poisson_volant_!_____chronique_du_01_04_2022.mp3 S2 EP 100 – « Hé, pourquoi une plume sur ta tête _ – Mais non, ce n’est pas une plume, c’est une arête de poisson volant ! » – Chronique du 01_04_2022.mp3  (1.99 Mo)


Ce qui me manque, c’est de voir les choses. Je souhaite toucher tout ce qui peut être toucher et bien plus encore.
J’ai cette passion, cette curiosité au fond de moi. Cela m’anime, cela me guide et me pousse vers la vie et ces particules qui la composent.
Je souhaite tant que, je n’aurai pas assez de ma vie pour assouvir la moitié de mes envies.
Or, voilà. Je l’ai vu hier. Encore une fois, je l’ai vu. J’ai vu la puissance des choses et, par contraste, j’ai aussi reconnu l’univers qui m’en sépare.
Je pensais pouvoir me contenter de tout voir. Cependant, en voyant cette chose, si belle, j’ai saisi que je ne pouvais me contenter du regard.
Il me fallait palper l’existence. Il me fallait pénétrer sa chair afin d’être sûr qu’il ne s’agissait pas d’un fantasme, d’une chimère.
Ce qui me manque, ce n’est pas tant de la voir, c’est de l’avoir. Ce qui me manque, c’est d’être important pour elle comme elle l’est pour moi.
Je veux appartenir à sa vie comme elle l’appartient à la mienne. Je veux savoir si j’existe pour elle et, pour cela, il faut que je sache si elle existe vraiment, et cela, pas seulement pour moi.
Alors, je crois que je devrai me rompre au choix. Je crois que, pour atteindre mon but, il me faudra en balayer d’autres.
On ne peut pas tout avoir mais on peut tout désirer. Seulement, lorsqu’on vient à désirer une chose si fortement que cela, on ne peut même plus désirer le reste.
Il n’y a plus qu’une chose. Il n’y a plus qu’une image. Et, on souhaiterait que cette image devienne une chose.
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche








Inscription à la newsletter