Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Il ne faut pas s’en faire. Il faut être une eau paisible prise dans le mouvement du fleuve

Mardi 8 Mars 2022


Une ode à la tranquillité et la qualité de vie pour ce début de semaine, avec Arno Labo.


s2_ep_82___il_ne_faut_pas_s_en_faire__il_faut_etre_une_eau_paisible_prise_dans_le_mouvement_du_fleuve___chronique_du_08_03_2022.mp3 S2 EP 82 – Il ne faut pas s’en faire. Il faut être une eau paisible prise dans le mouvement du fleuve – Chronique du 08_03_2022.mp3  (2.5 Mo)


Il ne faut pas s’en faire. Il faut être une eau paisible prise dans le mouvement du fleuve


‘Faut pas s’en faire. Quoi qu’il arrive, il ne faut pas s’en faire. Lorsque les choses prennent un mauvais chemin, il est toujours temps de s’en détourner.
De plus, l’existence du mauvais chemin n’existe que parce qu’on croit à la possibilité d’un valence négative.
En fait, je n’suis pas sûr qu’il existe réellement une chose comme le bien ou le mal. Je veux dire, que ça existe en dehors de la société – soit de rapports interpersonnels.
Et quand bien même… Certes, nous sommes toujours pris dans des relations. Toutefois, savons-nous de quoi est fait l’avenir ? Non.
Dans ce cadre, il se pourrait très bien qu’une mauvaise expérience nous apporte dans un nouveau champ de possibles qui comporterait, lui, de nouvelles possibilités jugées plus favorablement.
Nous avons tous vécu cela et nous le feront encore sûrement. Une voie se ferme, une route est bouchée. Nous désespérons de ne pas trouver d’issue. Puis, lorsque nous n’avons plus d’espoir d’ouvrir la porte close, nous en découvrons une autre.
Ce n’est qu’en cessant de forcer sur une porte que nous pouvons en ouvrir une autre qui se trouve à côté. Ajoutons encore que l’homme, cet être bourrin, peut passer des heures à pousser de toutes ses forces sur une porte qu’il suffirait de tirer.
C’est souvent ainsi dans la vie. On force, on s’inquiète et finalement on se bloque tout seul. Parfois, il suffit de se laisser aller.
Il ne faut pas s’en faire. Il faut être une eau paisible prise dans le mouvement du fleuve. Après les torrents et la cascade, il y a souvent un bassin de paisibilité où les remous s’adoucissent.
Il en va de même dans la vie.
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche








Inscription à la newsletter