Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Il suffit de ce petit rien pour faire une œuvre. C’est ainsi qu’on dépasse la mesure du beau, par la démesure du sublime

Jeudi 10 Mars 2022


Et s’il suffisait d’un petit rien pour faire d’une chose une œuvre ?


s2_ep_84___il_suffit_de_ce_petit_rien_pour_faire_une_oeuvre__c_est_ainsi_qu_on_depasse_la_mesure_du_beau,_par_la_demesure_du_sublime___chronique_du_10_03_2022.mp3 S2 EP 84 – Il suffit de ce petit rien pour faire une œuvre. C’est ainsi qu’on dépasse la mesure du beau, par la démesure du sublime – Chronique du 10_03_2022.mp3  (2.33 Mo)


Il suffit de ce petit rien pour faire une œuvre. C’est ainsi qu’on dépasse la mesure du beau, par la démesure du sublime


  
Il y a une étoile au coin de son œil. Il y a un baiser au coin de son cœur. Il y a une chose qui ravit mon regard. C’est peut-être sa beauté, peut-être ce qu’elle dégage. C’est sûrement les deux à la fois.
Il y a des visages qui se subliment par l’instant. A un moment précis, tout apparait dans une magnifique splendeur. Alors, nous sommes comme happé par un sentiment contemplatif.
Le physique compte peu, mais il a parfois le pouvoir de rendre visible. On capte alors l’intérieur d’une personne. On le voit dans le détail, dans un battement de paupière, dans un sourire à peine visible.
C’est toujours dans un détail subtil que se trouve la beauté. Dans une chose qui n’apparait qu’à l’œil qui sait capter l’âme se reflétant sur un trait.
Il suffit de ce petit rien pour faire une œuvre. C’est ainsi qu’on dépasse la mesure du beau, par la démesure du sublime.
Ce peut être une lumière, un rayon du temps, une brise qui caresse le visage. Ce peut être aussi une émotion que l’on possède déjà en soi et qui amplifie le sentiment qu’on ressent.
Je ne sais pas pourquoi elle m’a ainsi pris par le cœur à-travers l’œil. Au fond, cela n’importe que peu. J’ai été attrapé, je ne sais trop comment, par ce petit « je ne sais quoi ».
Les minutes vont passer, elle va s’en aller. Or, il restera, au fond de moi, cette trace d’un moment furtif de contemplation.
Cette trace de la joie. La joie d’avoir vu passer un instant de pure beauté.
Il y a toujours cette étoile au coin de son œil et je suis ravi par le baiser au coin de son cœur.
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche








Inscription à la newsletter