Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Il y a parfois trop peu de confiture pour la tartine – à moins que ce ne soit qu’il y a trop de tartine pour la confiture

Jeudi 7 Juillet 2022


Ces chroniques sont de petites sucreries absurdes. Mais le sucres est parfois un peu lourd… Bah, comme ces chroniques !


Il y a parfois trop peu de confiture pour la tartine – à moins que ce ne soit qu’il y a trop de tartine pour la confiture

 

s2_ep_158___il_y_a_parfois_trop_peu_de_confiture_pour_la_tartine___a_moins_que_ce_ne_soit_qu_il_y_a_trop_de_tartine_pour_la_confiture___chronique_du_07_07_2022.mp3 S2 EP 158 – Il y a parfois trop peu de confiture pour la tartine – à moins que ce ne soit qu’il y a trop de tartine pour la confiture – Chronique du 07_07_2022.mp3  (2.79 Mo)


Aujourd’hui, je me suis dit que j’allais écrire jusqu’à épuisement de l’encre. Le problème, c’est que j’écris sur mon ordinateur et que celui-ci ne possède pas d’encre.
Autant dire que je suis bien parti. Bien parti pour ne pas en revenir. D’ailleurs, je n’en reviens pas de ma sottise. Elle est si prononcée qu’elle mériterait bien un « T » de plus.
C’est dommage, je n’ai que du café. Et par « café », je veux dire du rhum. Le rhum est une boisson dont l’ampleur du danger peut se lire en inversant le terme lui-même.
En effet, en retournant le rhum, on se trouve face à un mur. Or, si ma pensée atteint rarement les hauteurs, il en va de même pour moi. Je me contente de graviter autour de quelques jeux de mot dont l’impertinence frise l’absolu.
Ce n’est pas tant ma faute que celle de mon café. Encore une fois, il me faut bien trouver une excuse qui justifie cette bêtise que je ne peux assumer.
J’aurai encore pu dire que je m’arrêterai lorsque je n’aurai plus rien à dire. Toutefois, il faudrait déjà que j’escompte dire quelque chose pour que cela tienne. Ce qui n’est pas le cas – comme vous l’aurez déjà remarqué.
Alors, je me contente de tourner autour du pot, ou bien plutôt de la tasse de café arhumatisé. Je m’ouvre au monde et je l’étale sur la page comme on étale de la confiture sur la tartine.
D’ailleurs, vous aurez à l’esprit qu’il y a parfois trop peu de confiture pour la tartine – à moins que ce ne soit qu’il y a trop de tartine pour la confiture. Là-dessus, deux écoles se confrontent.
Cependant, n’entrons pas dans les débats dogmatiques de positionnement intellectuels sur ces questions dont la spiritualité n’aura pas échappé au plus fervent logicien de cette assemblée de lecteurs (que j’espère assez large – d’esprit et de corps).
Pour conclure sur une note sans aucun lien, mais simplement parce que j’en ai envie, je poserai cette question :
Pensez-vous qu’il y a autant de corps que d’esprits ? pour vous suggérer un élément de réflexion :
Pensez bien que lorsque mon corps écrit, c’est un peu de mon esprit qui s’échappe dans les mots. Or, lorsque je laisse parler mes mots par mon corps, on remarque mon absence manifeste d’esprit.
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo