Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


J’aimerai éduquer mes idées pour qu’elles reviennent lorsque je les appelle

Mardi 22 Février 2022


Arno, aurais-tu abusé du café ? En tout cas, attendez-vous à une métaphore de haut niveau dans cette chronique !


s2_ep_72___j_aimerai_eduquer_mes_idees_pour_qu_elles_reviennent_lorsque_je_les_appelle___chronique_du_22_02_2022.mp3 S2 EP 72 – J’aimerai éduquer mes idées pour qu’elles reviennent lorsque je les appelle – Chronique du 22_02_2022.mp3  (3.47 Mo)


J’aimerai éduquer mes idées pour qu’elles reviennent lorsque je les appelle

On dit souvent qu’écrire, c’est un peu de café et beaucoup d’inspiration. Eh bien, on vous ment ! C’est beaucoup de café et peu d’inspiration.
On dit aussi que l’inspiration vient au bout de 7h de travail acharné. Eh bien, on n’vous ment pas complètement.
Toutefois, cela ne vient pas nécessairement, même après tant de travail. Car oui, il y a une forme de liberté dans l’inspiration qui fait qu’elle vient ou ne vient pas.
Aussi, elle peut venir quand bon lui semble. Il est alors très important d’être prêt. Il faut toujours de quoi noter une idée, sans quoi elle peut partir et ne jamais revenir.
J’aimerai éduquer mes idées pour qu’elles reviennent lorsque je les appelle, mon peu comme mon chien.
Toutefois, je n’ai jamais réussi à éduquer ce dernier pour qu’il revienne au pied, alors s’agissant de mes idées… Je vous laisse deviner la probabilité de mon succès dans cette entreprise.
L’idée est imprévisible. Elle va et vient sans que l’on saisisse toujours le chemin qu’elle empreinte. Il peut arriver qu’elle reste bloquée en vous ou bien qu’elle jaillisse et pousse pour sortir. C’est alors qu’elle vous presse tandis que vous ne l’attendiez plus.
Généralement, il faut laisser reposer l’esprit pour que l’effet du travail produit se fasse ressentir. Personnellement, j’attends toujours.
Précisément, il faut donc beaucoup de patience. Il faut savoir passer du temps seul à ruminer, mais aussi en société à se divertir. Une fois la pâte bien reposée, elle gonfle (parfois) et un gaz s’échappe.
Ce gaz, ou disons plus élégamment, ce « vent de l’esprit » s’échappe et vous libère l’esprit de son ballonnement intellectuel. C’est alors qu’il faut vous saisir d’un crayon et d’une feuille en toute hâte. Tout comme il faut parfois savoir laisser ce qu’on est en train de faire pour… Pour justement aller « faire ».
En somme, écrire c’est parfois comme se libérer d’une matière qui a besoin de sortir. Alors, écrire devient en soi un « besoin ». (D’ailleurs, on écrit souvent de la merde qu’il faut retravailler, modeler en se plongeant dedans).
C’est peut-être un effet des litres de café sur l’esprit qui est analogue à son effet sur le corps. En tout cas, écrire est une forme d’hygiène mentale. C’est une toilette de l’esprit. C’est aussi indispensable que l’acte auquel réfère cette métaphore.
(Note à l’auteur : Merde, ce texte est trop long ! Fait chier)
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche








Inscription à la newsletter