Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Je me contente souvent, il faut l’admettre, de suivre la route qui passe sous mes pieds

Jeudi 23 Juin 2022



Je me contente souvent, il faut l’admettre, de suivre la route qui passe sous mes pieds

 

s2_ep_147___les_spagh_esprits___chronique_du_22_06_2022_1.mp3 S2 EP 147 – Les spagh’esprits – Chronique du 22_06_2022.mp3  (2.32 Mo)


Aujourd’hui, je partais en balade. Comme à mon habitude, je ne regardais pas bien où j’allais. Je me contente souvent, il faut l’admettre, de suivre la route qui passe sous mes pieds.
Le risque, dans ce cadre-là, c’est qu’on ne sait pas toujours vers où on se dirige. Alors, arrivé à un moment on lève les yeux et on s’étonne de l’endroit où on se trouve.
C’est peut-être l’inconvénient de la chose mais très probablement son avantage. Le plus rigolo, c’est que bien souvent, c’est en chemin que j’ai des idées de trajets.
Or, une fois lancé… Vous savez ce qu’il en est. On hésite à se retourner et on considère comme absurde de rebrousser chemin pour partir à l’opposé de là où l’on semble se diriger.
Cependant, le fait de ne pas regarder le chemin permet une autre jouissance. On peut alors se concentrer sur les crottes de chien. Depuis que j’aborde la marche de cette manière, mes souliers sont bien moins souillés.
Néanmoins, considérons maintenant que la balade, c’est la vie. Envisageons plus largement cette manière de l’aborder, comme un art de vivre. Ainsi, il s’agirait de marcher en allant là où les petits évènements nous porteraient.
Ce faisant, nous aurions une vie pas à pas, au jour le jour. Elle serait orientée par une focale plus fine permettant – encore une fois – d’esquiver un maximum de crotte qui jonche ce chemin.
Pourtant, pourtant il faudra reconnaitre que cette posture existentielle s’opposerait à une autre empruntant une voie plus, disons, orientée. Mais vous, qu’en serait-il ?
Préféreriez-vous marcher le regard au loin, focalisé sur un objectif précis effaçant le reste, ou bien opteriez-vous pour vivre en regardant chaque caillou composant le chemin tout en ayant le regard dans vos pensées du moment ?
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo