Radio Laser - Ecoutez la proximité
.

Écoutez la radio en direct sur le net

Facebook
Twitter
Rss





L'éducation populaire, un outil d'émancipation politique ?

Mercredi 15 Août 2018

Stéphane Furet, coopérateur au Contrepied, nous présente les grands principes de l'éducation populaire, une méthode pour développer des outils visant à former des citoyens émancipés.


L'éducation populaire, un outil d'émancipation politique ?
La coopérative du Contrepied a 5 coopérateurs, qui pratiquent l'éducation populaire basée à St-Germain-sur-Ille, au nord de Rennes. Issue de la dissolution de la Scop le Pavé, la Scop le Contrepied a trois activités principales : les formations à destination des professionnels, l'organisation d'ateliers et les fameuses conférences gesticulées.

L'objectif de toutes leurs actions ? Contribuer à la diffusion d'une culture de l'émancipation, lutter contre toutes les formes de domination, en somme, faire prendre conscience aux citoyens de leur capacité d'agir et de faire, par la vulgarisation et la prise en compte de la culture populaire, par opposition à la culture élitiste et universitaire. Tels sont les principes de l'éducation populaire, qui vient compléter l'instruction reçue à l'école, à la famille, au travail.

 
l__education_populaire,_un_outil_d__emancipation_politique_.mp3 L'éducation populaire, un outil d'émancipation politique .mp3  (4.8 Mo)


Stéphane Furet
Stéphane Furet

Les conférences gesticulées

Cette forme originale de vulgarisation sous forme théâtralisée a été développée et popularisée par ces professionnels de l'éducation populaire. Parfois très proche d'un one-man-show, elle permet de parler du fond des sujets ainsi que des expériences vécues. L'extrait ci-dessous d'une conférence gesticulée sur la langue de bois de Frank Lepage est un bon exemple de mise en scène.

On peut bien sur mixer les ateliers, les formations et les conférences gesticulées. Tout l'enjeu est de contribuer à mettre en place des dispositifs innovants, basés sur la participation volontaire des citoyens, et pas sur une obligation de participer, pour contrecarrer des logiques de domination discriminantes.

 


Guillaume Hubert