Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


L’inspiration est une fake news, j’ai le syndrome de la page blanche

Lundi 8 Février 2021


Le syndrome de la page blanche est… hm que dire… Laissons notre chroniqueur absurde traiter du sujet et… Qui sait, peut-être parviendra-t-il a braver la terreur de l’artiste en panne d’inspiration.


chronique_74_.mp3 Chronique 74 .mp3  (2.9 Mo)


Téléchargez la chronique

L’inspiration est une fake news, j’ai le syndrome de la page blanche


J’ai le syndrome de la page blanche. Le fait d’entamer en disant cela est un bon moyen pour y échapper.
Cela me donne aussi une bonne thématique pour cette semaine. Celle de l’inspiration.
On dit que l’inspiration vient généralement au bout de 7h de travail. C’est bien le signe que ça ne fait pas tout.
J’aimerai ouvrir mon esprit aux muses de l’amusement et de la poésie pour parvenir à pondre une chronique.
Mais… Ca ne marche pas comme ça. L’inspiration est une fake news que les gens qui ont beaucoup travaillés utilisent.
C’est une manière d’échapper à l’aspect prosaïque de l’art. L’art et le travail sont intimement liés je crois.
Le travail et la répétition engendrent des genres d’automatismes permettant de créer de manière plus libre.
C’est tout. Le travail c’est tout. L’inspiration, c’est plutôt une illusion qui fait passer le temps quand on bosse.
L’inspiration est une illusion qui porte le masque du plaisir lorsqu’on entreprend une chose.
L’inspiration, c’est ce qui vient quand, à force de travail, on arrive à faire ce qu’on imagine.
Lorsqu’on n’a pas assez de travail, on a bien des idées mais, leur concrétisation est laborieuse et finalement décevante.
Un musicien inspiré peu avoir une mélodie en tête. Toutefois, il lui faut maitriser parfaitement son instrument pour la reproduire.
Il en va de même partout. De plus, le passage en acte est toujours différent de ce qu’on avait imaginé.
Il y a toujours une perte dans l’actualisation d’une théorie. On construira des cathédrales en théorie que le vent de l’expérience viendra chambouler et mettre à terre comme un château de cartes.
Bref, j’ai réussi a esquivé, par le travail et l’expérience, mon syndrome de la page blanche.
 
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 5 Mars 2021 - 08:30 Fuck ! On s’est fait carjacker Esperance