Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


L’ontologie de l’être prise dans son sens propre doit-elle s’étudier nécessairement après la douche ?

Vendredi 21 Mai 2021


« L’ontologie de l’être prise dans son sens propre doit-elle s’étudier nécessairement après la douche ? » Eh bien, on attaque la journée de manière proprement intellectuelle avec Arno aujourd’hui !


chronique_d_un_nouveau_monde_141.mp3 Chronique d’un nouveau monde 141.mp3  (6.13 Mo)


L’ontologie de l’être prise dans son sens propre doit-elle s’étudier nécessairement après la douche ?



Chronique :
L’ontologie de l’être prise dans son sens propre doit-elle s’étudier nécessairement après la douche ?
J’écris passionnément tandis que la pluie frappe contre ma fenêtre restée ouverte. C’est mouillé par terre mais heureusement, j’ai du parquet flottant.
On ignore trop souvent les questions intellectuelles dérangeantes. C’est pourquoi je m’engagerai encore aujourd’hui dans une thématique qu’on tente souvent d’étouffer.
L’ontologie de l’être, ce qui pourrait faire penser à un pléonasme, ne saurait-elle s’aborder, ou saborder si l’on n’est pas branché philosophie, proprement sans qu’elle ne se pose après la douche.
La douche est à mon sens l’un des hauts lieux de la spiritualité. En effet, c’est là que l’esprit se libère et que le corps se lave des passions outrageuses qui n’ont de cesse de l’assaillir.
Nul endroit n’est plus propre aux questionnements métaphysiques. Nul moment ne se prête mieux aux élucubrations intellectuelles. C’est mon avis, et ce devrait donc être le vôtre aussi car, quand on est con, on a toujours raison.
Je ne dis pas qu’il faudrait doucher les arguments de cette partie de la philosophie s’intéressant à l’être indépendamment de ses diverses déterminations.
Je dis seulement que les philosophes devraient étudier dans la douche plutôt qu’à l’université. Et je ne rigole pas !
Du moins, je ne rigole pas telle les gouttes d’eau qui coulent sensuellement le long de ma peau imperméable, sans donc toucher mon esprit qui, sans elle, serait perméable à mes réflexions.
Alors, voici la question : « Qu’est-ce que l’être ? ». En quoi la doucheur d’une douche touche l’être pour en constituer la pierre de touche. C’est aussi absurde que dur à prononcer et aussi dur à prononcer que ça l’est de le penser.
Voilà. Bon, vous l’aurez saisi, je ne me suis pas encore douché et en ce sens, mon propos est propre au non-sens.
 

 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Septembre 2021 - 08:30 World of Vaxcraft - Le billet d'humeur de Wiggie



Recherche








Inscription à la newsletter