Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


L’unité possible était perdue, dissolue dans la multiplicité des pistes à explorer

Vendredi 25 Février 2022


L’inspiration est une chose, mais parvenir à trier ses idées pour produire réellement un truc, ce n’est pas toujours simple comme Arno va nous l’exposer.


s2_ep_75___l_unite_possible_etait_perdue,_dissolue_dans_la_multiplicite_des_pistes_a_explorer__chronique_du_25_02_2022.mp3 S2 EP 75 – L’unité possible était perdue, dissolue dans la multiplicité des pistes à explorer– Chronique du 25_02_2022.mp3  (2.81 Mo)


L’unité possible était perdue, dissolue dans la multiplicité des pistes à explorer


J’avais mille idées. Dans ma tête il y avait comme un ballet de pistes à explorer. Les mots fourmillaient et formaient de petits bouts de choses assez informes mais prometteuses.
Il m’aurait fallu quinze paires de mains et autant de stylos  pour les noter toutes à la fois. Car oui, en me penchant sur une seule, j’étais sûr de perdre les autres. Il me fallait donc agir vite.
Or, si dans ma tête il y avait cette belle danse, il fallait encore la concrétiser, au moins un peu, en la couchant sur la réalité d’un bout de papier. C’est à ce moment-là que ça chie en général.
Bah ça n’a pas manqué… J’ai pris mon crayon et j’ai perdu mes idées ! Je me retrouvais là, prêt à écrire et, il n’y avait plus rien à dire. Ou plutôt si, j’avais bien à dire mais que dire ? comment le faire ?
Il y avait comme une ébullition dans ma tête, mais impossible de faire sortir quoi que ce soit. Il y avait trop de chemins pour que j’en choisisse un seul. Ce n’était pas tant la peur de la feuille blanche que son angoisse.
L’unité possible était perdue, dissolue dans la multiplicité des pistes à explorer et exploiter. Bien sûr, si j’avais été assez habile, j’aurais pu les relier du fil subtil de la narration. Mais non.
Cependant, c’était aussi que chacune était bien trop différente de l’autre pour lui être assemblée. Quelques-unes pourraient se rejoindre pourtant...
Il y avait l’histoire d’un homme à terre, celle de Diogène qui cracherait sur les passants ou encore celle de Platon qui sortirait de sa caverne à moitié saoul et se mettrait à faire un spectacle d’ombre chinoise en déclamant sa théorie des formes.
Mais non, rien de probant ne sortait. Rien ne jaillissait correctement de ma plume. Alors, j’ai écrit ça, pour vous raconter le marasme de ma pensée chahutée par mille idées incongrues que je n’arrivais pas à relier.

 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche








Inscription à la newsletter