Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


La liberté est un plat de pâte

Mardi 8 Décembre 2020


Notre cher ami Arno revient pour une série de chronique cette semaine. Il semblerait qu’il soit pris dans une faim intellectuelle sans fin, nous allons voir cela avec l’idée de liberté, et les pâtes… un lien assez improbable.



chronique_confinee_27.mp3 Chronique d'un confiné 27-La liberté est un plat de pâte.mp3  (2.75 Mo)


La liberté est un plat de pâte

Bien des gens louent la liberté comme un absolu. Or, tout absolu est parfait et chacun sait que la perfection n’est pas de ce monde. Platon localisait ces idées idéales dans le « monde des idées ». Super super…
 
Néanmoins, il reste quelques versions édulcorées et adaptées de la liberté qui sont déjà plus à notre portée. La liberté politique (liberté de ne pas être enfermé arbitrairement), la liberté de penser (celle qui soutient qu’on ne peut contraindre que le corps et non l’esprit, par exemple en matière de croyance religieuse), la liberté d’expression, la liberté économique, et blablabla. En bref, si la liberté était un plat, on pourrait la bouffer à toutes les sauces.
 
Pas d’soucis, j’aime bien manger. Néanmoins (comme disait toujours le Sphinx), il reste la partie cuisine. Il se trouve qu’en allant dans divers restaurants, on peut voir diverses présentations. Parmi elles, on trouvera des assiettes plus ou moins garnies. Il arrive encore parfois qu’on noie l’ingrédient principal dans un déluge de petites choses qui nous détournent du goût initial.

Ce faisant, on ne retrouve plus tellement les pâtes dans le plat censément nommé « pâte au… ». On se retrouve à manger des agréments aux pâtes. Et la liberté dans tout ça ? Eh bien, la liberté se retrouve inondée et bientôt disparait dans les flots de sauces et d’autres ajouts qui en bafouent la substance initiale.
 
Oui, c’est un peu engagé comme propos sur la liberté. J’en arrive à dire que, si jamais elle avait vraiment existé, elle serait gâtée et tronquée par tout ce qui lui est ajouté comme petite détermination ou précision. Autant de choses qui la réduisent et lui font perdre sa saveur.
 
En conclusion, il n’y a rien de meilleur que des pâtes au beurre, ou mieux, une petite pincée de sel dans l’eau, et c’est tout. Les meilleures choses doivent être bonnes sans ajout. Sans quoi, on perd tout.
 
Dégustez votre liberté avec le sel de la vie pour l’assaisonner. Mais n’oubliez pas que l’on mange pour vivre et non qu’on vit pour manger ! J’espère que je ne passerai pas pour un sauce-au-pathe…
 
 

 
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert





Dans la même rubrique :
< >