Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


La nature nous a donné deux yeux. Pourquoi n’adopterions-nous qu’un seul point de vue sur les choses ?

Mercredi 26 Janvier 2022


Dans son grand pragmatisme, Arno s’attache aujourd’hui à porter un regard double sur le temps qui passe !


chronique_du_26_01_2022____.mp3 Chronique du 26_01_2022 .mp3  (2.33 Mo)


La nature nous a donné deux yeux. Pourquoi n’adopterions-nous qu’un seul point de vue sur les choses ?



Chronique :
Une fin n’est qu’un début qui serait vu sous un autre angle. Une médaille a toujours deux faces. Deux regards sont possibles sur une même chose. Je dis deux, mais ce peut-être plus encore.
C’est un fait qu’il ne faut pas négliger. Ainsi, la nature nous a donné deux yeux. Pourquoi n’adopterions-nous qu’un seul point de vue sur les choses ? Alors certes, il existe bien des opposés. Toutefois, les yeux créent une moyenne entre deux images.
Ainsi, la tempérance existe pour permettre d’apaiser deux conceptions antagonistes. La métriopathie, l’art du juste milieu comme disait ce cher Aristote (enfin je crois, vous vérifierez). En tout cas, j’ai toujours trouvé le terme joli !
Nous sommes donc à la fin d’un mois et au début d’un autre. Janvier s’achève et bientôt fait vriller. L’année avance, et nous aussi, tâchons d’avancer et de suivre son rythme.
Les mois ne sont que des journées. Les années ne sont que des mois et une vie est faite de même. Elle est faite d’années, de mois et de moi, qui tous s’enchainent pour se lier dans une chaine qu’on nomme la vie.
Il faut faire de cette vie une chaine solide car, on le sait, bien des choses s’acharnent à tenter de la faire rompre. En prenant conscience du temps qui s’écoule, cette chaine ne fait que mieux relier le bateau à son port d’attache.
C’est aussi elle qui permet de jeter l’ancre comme je m’essaie à jeter l’encre pour le pas m’oublie au milieu de ces journées, ces mois, ces années.
Je tente de fixer un moi, une étape, une pensée. Je m’efforce aussi ainsi de ne pas oublier que j’ai deux yeux au pouvoir magique de contempler mille réalités.
Il ne tient qu’à soi d’en faire une chose merveilleuse. Il ne tient qu’à soi d’en voir le plus beau, et cela, même dans la période la plus miteuse.
Il y a du beau dans le laid ; du laid dans le beau et c’est ce qui fait le sublime de la vie.
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert







Recherche





Les derniers Podcasts



Inscription à la newsletter