Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


La vie nous offre chaque jour des opportunités. Elle ne les teinte ni de blanc, ni de noir

Samedi 19 Mars 2022


Variants, guerre, fin des masques… Ah… Mais quelle semaine !


s2_ep_90___la_vie_nous_offre_chaque_jour_des_opportunites__elle_ne_les_teinte_ni_de_blanc,_ni_de_noir___chronique_du_18_03_2022.mp3 S2 EP 90 – La vie nous offre chaque jour des opportunités. Elle ne les teinte ni de blanc, ni de noir – Chronique du 18_03_2022.mp3  (5.67 Mo)




Omicron revient à chier par la pine ! Heu, non ! Omicron revient à pied par la Chine… Attention, le mal est chassé d’un côté et il revient de l’autre !
Tandis que cette semaine on fêtait la fin du masque ainsi que les deux ans du confinement, et par là même, les deux ans de mes chroniques… On ré-entends parler de variants.
Je commence à penser que la quantité de variants devient si prépondérante qu’ils deviennent invariables. Oui, voilà ! La redondance des variants commence à être invariable ! Si ce n’est pas un paradoxe ça… !
Cependant, je trouve aussi que c’est un bon outil pour apprendre. On parlait beaucoup de résilience depuis quelques temps. Eh bien voilà, nous avons maintenant un exercice pratique pour nous exercer à la pratiquer.
La vie nous offre chaque jour des opportunités. Elle ne les teinte ni de blanc, ni de noir. C’est nous, avec notre regard, qui pouvons en faire des choses positives ou négatives.
Certes, beaucoup auront à redire là-dessus. J’en suis un des premiers. Seulement, cela varie encore en fonction du regard que nous choisissons de porter sur cela.
Voici ce que je défendrai aujourd’hui : le choix a toujours une place. Oh, certes, elle n’est pas toujours d’une grande évidence et pourtant, elle est bien là. Quoi qu’il advienne, le choix est un choix.
On peut dire « je n’avais pas le choix, il fallait que je mange ». Or, on pouvait toujours préférer mourir de faim que se nourrir de José, son cher compagnon de misère, tandis que nous étions coincés dans le désert depuis des semaines.
Ceci est bien sûr un exemple sur-réaliste. Mais il dénote bien de ce choix fondamental. On peut toujours préférer mourir que de faire un choix contraint. Et quand bien même serait-il contraint, cela reste un choix.
Choisissons le regard que nous portons sur notre situation, sur la situation. Choisissons.
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche








Inscription à la newsletter