Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


La volonté est un plat de lentilles

Mercredi 9 Décembre 2020


Toujours aussi décalé, Arno Labo va nous présenter sa conception de la volonté qui risque d’avoir un goût tout particulier… Après la liberté sous couvert d’un plat de pâtes, envisageons la volonté avec une assiette de lentilles…



chronique_confine_28.mp3 Chronique d'un confiné-La volonté est un plat de lentilles.mp3  (2.89 Mo)


La volonté est un plat de lentilles

Hier, nous voyions comment la liberté pouvait être trahis par tous les compléments du nom qui venaient s’y ajouter. Or, une chose est sûre c’est que la liberté a su évoluer à mesure qu’on la réduisait. Il faut bien dire qu’une chose est sous-tendue par tout cela : la force de la volonté.
 
On confond liberté et volonté. Si ces deux choses sont aussi appétissantes que succulentes, notons qu’elles se distinguent pourtant. On prend souvent la volonté pour la liberté. Ce serait comme prendre des lentilles vertes pour des lentilles corail. Remarquez, les deux sont très bonnes pour la santé.
 
Néanmoins (on arrêtera avec le Sphinx, promis), l’une prend plus de temps à être préparée que l’autre. De ce fait, il arrive souvent que, par manque de temps, on favorise la facilité. Pire encore, ce serait comme prendre des lentilles en conserve pour des lentilles fraiches. Là, on voit bien le manque de valeur ajouté (niveau santé), et la plus-value en termes de praticité.
 
Les deux plats se ressemblent, c’est net, pourtant il y a aussi une nette perte. Ce faisant, on favorise l’une à l’autre, pensant que c’est pareil. Or, on se retrouve tout bête et bedonnant après quelques assiettes.
 
La volonté peut être libre, mais elle ne l’est jamais tout à fait. La volonté peut être déterminée tout comme les lentilles en boite sont perturbées par une tonne de sel et d’autres conservateurs. Elle est édulcorée et ainsi, ses effets sont largement entravés.
 
Il est si dur de trouver un plat sain et puissant en goût, c’est certain. Pourtant, il faut lutter contre la facilité et, bien souvent, le meilleur pour la santé l’est moins pour les papilles. C’est un point qu’il faut méditer à une époque où l’on prône la liberté et la force de la volonté.
 
En prônant celles-ci, on les dirige déjà. On les gouverne en les poussant d’un côté plutôt que d’un autre. On nous fait croire que c’est bon, sans que cela ne le soit tout autant. On prend une bonne chose qu’on trahit avec un tas d’ingrédients.
 
Ainsi, on peut être libre de vouloir, mais la volonté vient toujours de quelque part. C’est ce « quelque part » qu’il faut questionner avant d’en reprendre quelques parts à déguster.
 

 
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert





Dans la même rubrique :
< >