Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Le récit épique du crayon

Lundi 20 Juin 2022




 

s2_ep_145___le_recit_epique_du_crayon___chronique_du_20_06_2022.mp3 S2 EP 145 – Le récit épique du crayon – Chronique du 20_06_2022.mp3  (2.82 Mo)


Je vais vous narrer le récit épique du crayon qui a eu raison de mon intégrité physique. C’est une histoire tragique où se mêlent émotions, réflexions et sensations.
Le danger est partout. Faites attention d’ailleurs, vous ne le savez peut-être pas mais, il se peut qu’il soit à côté de vous. On se méfie de bien des choses, mais on oublie souvent le pouvoir destructeur des plus simples outils.
Ainsi, la journée était belle, chaude et ensoleillée. J’ai à cœur d’avancer mes devoirs pour avoir l’esprit tranquille et me laisser aller à profiter. J’arrivais au moment où ceux-ci étaient accomplis et j’allais enfin profiter.
J’avais fait mon sport, j’avais écrit, j’avais même fait mes petites besognes d’entretien. J’allais m’allonger au soleil lorsque c’est arrivé. C’est parti d’une si petite chose pourtant…
Or, vous le savez, de petites choses induisent parfois de grandes conséquences. Il arrive parfois que, dans un objet du quotidien, apparemment si anodin, se cache en fait votre spadassin.
En effet, je dessine la scène avec l’objet même du crime. J’étais donc au bord du repos, lorsque je vis sur le sol ce qui allait attenter à ma vie. Il était là, si calme, si tranquille. Lui qui m’était pourtant fidèle, m’a finalement trahi.
Ce crayon… Ah, ce crayon. Bah, il était par terre voyez-vous. Et donc, bah j’allais le ramasser. Pour ce faire, j’agis tout à fait rationnellement et je me penche pour le saisir.
Oh la bêtises ! Que n’avais-je donc pas fait là ? Mon dos ! Ma douleur fut telle que je compris immédiatement que ce crayon m’avait attiré dans un piège qui me tiendrait longtemps.
Ce crayon se tenait en face de moi qui me tenait alors le dos. Il riait, j’en suis sûr, tandis qu’il me voyait si mal. Si la plume chatouille, méfiez-vous des stylos au sol qui n’hésiteront pas à vous mettre à terre !
Diantre, on n’imagine pas à quel point ces objets sont retords. J’étais blessé. J’étais trahi. J’étais abattu. J’étais mort.
Mon stylo a eu raison de mon dos.
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo









Recherche





Les derniers Podcasts



Inscription à la newsletter