Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Le souvenir, c’est le présent au passé qui permet d’édifier l’avenir

Vendredi 4 Mars 2022


Ce weekend, on n’oublie pas la fête des Grand-mères et, il y en a un autre qui n’oublie pas !


s2___ep_80___le_souvenir,_c_est_le_present_au_passe_qui_permet_d_edifier_l_avenir___chronique_du_04_03_2022.mp3 S2 – EP 80 – Le souvenir, c’est le présent au passé qui permet d’édifier l’avenir – Chronique du 04_03_2022.mp3  (2.31 Mo)


Le souvenir, c’est le présent au passé qui permet d’édifier l’avenir


Je me souviens de ces balades. Je me souviens de ces histoires. Je me souviens de ces murs où j’aimais passer du temps. Il y avait la mer, il y avait le jardin. Il y avait tant de souvenirs.
Dans un havre de paix, il n’y a pas de place pour la guerre, mais parfois pour le conflit. Toutefois, le temps efface souvent les mauvais souvenirs pour mettre en exergue les plus beaux.
C’est ainsi que l’on se construit sur des fondations de joie. La jeunesse est belle. Elle l’est d’autant plus lorsqu’elle est accompagnée par les souvenirs d’âges plus anciens.
On oublie parfois de remercier ses proches d’être présents. C’est une erreur. Il y a tant de manières de le faire. Au travers d’un joli texte, d’un petit mot ou même d’un simple regard qui s’accompagne d’un tendre sourire.
Lorsque le présent s’évanouit dans le passer, il laisse une trace. C’est le souvenir. Le souvenir, c’est le présent au passé qui permet d’édifier l’avenir. Le souvenir s’entretient. Or, par son souvenir, le souvenir se modifie aussi.
On ne se souvient jamais d’un fait. On se souvient toujours du souvenir d’un fait, puis du souvenir d’un souvenir. Ainsi, petit à petit, il évolue. Il devient plus beau car, à chaque réitération, c’est un peu du mal que l’on supprime inconsciemment.
J’ai de beaux souvenirs. Je les entretiens car c’est ainsi que j’entretiens mon amour pour des personnes disparues.
Mais, rien ne disparait jamais vraiment si l’on sait entretenir une marque, tout comme on souffle sur la poussière qui se dépose sur une plaque.
Je ne vais jamais au cimetière. Je souffle dans mon esprit sur les souvenirs. Je les lustre de mon amour et les garde précieusement, dans un coin de ma tête. J’aime me souvenir. J’ai de la mémoire.
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche








Inscription à la newsletter