Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Le sport, de grands moments... - Le billet d'humeur de Wiggie

Vendredi 29 Octobre 2021


Salut les Loulous ! Wiggie s'est inscrite dans un club de sport. Au vue de son parcours sportif, elle n'est vraiment pas rancunière.


Podcast : Le sport, de grands moment... Le billet d'humeur de Wiggie

Le Facebook de Wiggie

Y'a deux moment dans l'année où l'on décide de faire du sport. En janvier, après les excès des fêtes de fin d’année quand on se regarde nu dans le miroir et qu'on pleure. Et en septembre, après les excès de l'été quand on se regarde nu dans le miroir et qu'on pleure.

Je me suis donc inscrite dans un club sportif. Pas à cause des excès de l'été... vu qu'on n'a pas eu d'été mais comme une sorte de revanche sur la vie.

Parce que le sport n'a jamais été tendre avec moi. Pourtant, j'ai essayé. A l'école déjà, j'ai bien donné. Et Jean-Michel Blanquer a raison sur un point : la qualité des enseignements prodigués en EPS tout au long de notre scolarité fabrique de nombreux champions. Des champions de la dérobade et des tire-au-flancs. Moi-même, sans vouloir paraître présomptueuse, j'ai été plusieurs fois médaillée en indisposition et autres maux de ventre spécialement dans l'épreuve d'endurance.

Le sport est bon pour la santé. Il forge l'esprit de compétition et l'estime de soi. Surtout quand, collégien boutonneux et gauche, tu as des camarades qui, en cours de gymnastique, eux par contre, enchaînent avec brio pirouettes, cabrioles et autres figures acrobatiques avec aisance et légèreté te laissant sur le carreau en PLS. Et là, tu regardes le prof avec une larme à l’œil.

- « Monsieur... Après ce qu'on vient de voir, Je ne sais pas si c'est très décent de continuer. Si ? Pour la note ? Je vous préviens, ma prestation va être un petit peu violente. Oui, je vais faire une roulade avant. Et si je le sens bien, si mes muscles sont assez chauds, je ferai peut-être une roue voire un poirier... Un poirier qui aurait choppé le mildiou mais un poirier quand même. »

C'est vrai qu'avec le sport, on vit de grands moments. De grands moments de solitude. Oui !

Y'avait aussi les sports collectifs. Sur le terrain, malgré tout, malgré mes difficultés, j'essayais de jouer le jeu et de me démarquer du mieux que je pouvais. je courais d'un coté. Je courais de l'autre. Et je voyais rarement le ballon. Enfin si, je le voyais. Je le voyais... De loin parce que personne ne me le passais ou de très très près parce que je me le prenais littéralement dans la gueule !

Je me suis tout mangé comme ballon dans la tronche. Je peux vous faire l’historique des ballons dans la face à travers les âges. Ah ben, j'en ai encore des molaires qui vacillent.

Comme je ne me laissais pas abattre, j'ai aussi essayé les sports en dehors du cadre scolaire.

Par exemple, l'équitation. C'est sympa. Le truc, c'est que je sautais par dessus le cheval pendant que le cheval lui-même sautait un obstacle. J'ai essayé les cours collectifs en salle. Enfin, en l'occurrence, c'était plutôt des cours « soloctifs ». Ouais, la séance abdos du vendredi après-midi, je déconseille. A moins d'aimer se retrouver seule au fond d'une salle mal éclairée à faire des pompes sur un vieux tapis qui sent la vieille chaussette humide parce que le mono se croit déjà en week-end, y'a quand même plus motivant. J'ai aussi essayé le tennis. J'aurais pu faire une belle carrière à Roland Garros. Pas comme joueuse comme ramasseuse de balles.

Et malgré toutes ces expériences frustrantes, je me suis inscrite dans un club de badminton. On verra bien. Et puis, comme disait le baron Pierre de Coubertin : « L'important, c'est de participer ! »

le_sport_de_grands_moments_de_solitude___wiggie.mp3 Le sport de grands moments de solitude - Wiggie.mp3  (3.18 Mo)


Ingrid HERBST






Recherche





Les derniers Podcasts


Inscription à la newsletter