Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Le texte peut être moche, on trouvera toujours une belle lettre

Mardi 1 Juin 2021



ecriture_chronique_d__un_nouveau_monde.mp3 Ecriture-chronique d'un nouveau monde.mp3  (2.62 Mo)


Le texte peut être moche, on trouvera toujours une belle lettre



Chronique :
Comment se décrire en écrivant ? Et puis, qui suis-je pour écrire ? C’est peut-être la question que je pose chaque jour à la feuille.
Je fouille entre les mots et les formules pour trouver l’image qui me correspond. Je cherche dans la feuille où la plume dessine les contours de mon âme.
Un miroir. La feuille est un miroir où se reflètent mes sentiments, mes angoisses, mes joies et mes espoirs.
Comment tous ces mots peuvent-ils en dire autant de moi ? C’est bien là la magie de l’écriture.
Les phrases peuvent bien ne rien dire. Ce qui compte, c’est plutôt la manière dont s’agencent les mots.
Le terme, le rythme et le thème sont pour exprimer l’esprit, le cœur et l’âme. Ils relient ensemble la main, la plume et la feuille.
Cette dernière est blanche au début de sa vie. Puis, à mesure qu’on y laisse des marques, elle se remplie. Pleine de ratures, on dirait notre propre vie.
On peut voir qu’elle se déchire en quelques endroits. Ils laissent couler de l’encre comme s’échapperaient des souvenirs de la mémoire.
Voilà peut-être comment on se décrit en écrivant ses cris, déclamant la clameur intérieure de mille visages hurlant la beauté ou l’horreur du monde, dans sa plus grande absurdité.
Prenez la vie dans le sens où vous prendrez la feuille. Oui, qu’importe finalement le sens, tant que vous trouvez un endroit où gribouiller quelques mots.
Voilà comment on se décrit, avec des choses que l’on produit. Quel qu’en soit le sens. Le sens vient parfois après. Ou bien, peut-être que rien ne fait vraiment sens.
On s’en moque, du moment qu’on écrit des choses. Le texte peut être moche, on trouvera toujours une belle lettre. Le beau est partout. Il l’est d’autant plus dans le moche. Donc, rien n’est moche.
 





 

 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert