Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Papa, Maman, voilà pourquoi j’ai tant de mal à dormir

Mercredi 19 Mai 2021


Un long week-end est souvent propice à la méditation et au recentrement, ainsi qu’au sommeil. Enfin, pour cela, encore faut-il parvenir à maîtriser ses pensées… Visiblement, Arno a encore du boulot à ce niveau.


chronique_d_un_nouveau_monde_137_.mp3 Chronique d’un nouveau monde 137 .mp3  (3.01 Mo)


Papa, Maman, voilà pourquoi j’ai tant de mal à dormir



Chronique :
Il n’y a pas bien pire que de passer sous silence un propos. Peut-être de le passer sous six lances. Or, il faut bien qu’on s’y lance parfois, au risque de s’embrocher soi-même contre les apories et antinomies de l’autonomie de la pensée.
Je tâcherai donc de faire preuve de courage pour m’engager dans un dernier combat de la pensée.
Il faut savoir se faire violence pour penser contre soi. Mais, est-ce seulement possible. Et puis, est-ce si probant ?
En effet, penser « pour ou contre », ce n’est jamais penser sans. On reste cloîtré dans une idée sans parvenir à s’en émanciper pour penser du neuf (ou du dix).
Ceci étant dit, l’effort individuel est louable. On ne peut jamais acheter sa propre pensée, même en étant très riche.
La richesse intérieure se compte en termes d’idée et non d’argent. D’ailleurs, la pensée est d’or.
Or, il est bien plus aisé de rester dans un sommeil dogmatique que d’activer le réveil permettant de sortir de la torpeur intérieure, ou inter-rieuse quand on est une fille.
Le débat qui oppose soi à soi pose toutefois problème. En effet, comment - ce dialogue monologué – peut-il homologuer une idée qui vienne de l’extérieur ?
Soit, comment faire entrer l’extérieur dans l’intérieur ? Ce n’est pas aisé. L’argument, aussi frappant soit-il, ne pourra que répondre par une réponse que l’on possède déjà.
Si l’on peut s’autostimuler de la sorte, il n’y aura jamais rien qui ne sorte d’ailleurs que de soi.
Ainsi, on pourra toujours avancer, mais nous ne sortirons jamais du giron de nos propres idées.
Ce faisant, il y a donc toujours une forme de nécessité à Autrui, avec un grand A, pour parvenir à un point B, que l’on nommera Qunégonde avec un gros Q.
Voici donc ma conclusion : Penser en soi contre soi mène à la nécessité d’intégrer autrui pour alimenter le débat, qui ne vole pas haut comme le mot l’indique.
 
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Septembre 2021 - 08:30 World of Vaxcraft - Le billet d'humeur de Wiggie



Recherche








Inscription à la newsletter