Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Retour de mission et soutien émotionnel

Samedi 24 Octobre 2020


Les humanitaires sont-ils confrontés à des situations émotionnellement difficiles ? Comment se passe le retour de mission pour les travailleurs de la solidarité internationale ? Quel soutien émotionnel peut être proposé à ceux qui reviennent de mission et qui ont besoin de décompresser ?


Le retour d’expatriation est souvent une étape difficile pour toute personne qui a voyagé suffisamment longtemps dans un contexte culturel différent du sien. Il en va de même pour les humanitaires qui reviennent de mission. Ce retour de mission est souvent synonyme de changement soudain du rythme de vie, du contexte sécuritaire et du cercle social. Ces changements, parfois brusques, peuvent entraîner une perte de repère, une grande fatigue physique et psychologique, mais également amener les personnes à s’isoler, sans la possibilité de partager leurs ressentis et leurs expériences à leur entourage.

Ancien expatrié de la solidarité internationale, Stéphane Joli est aujourd’hui formateur à l’Institut Bioforce et fondateur de l’association Noria Humanitaire. Les terrains difficiles Stéphane les a bien connu lorsque, dans les années 90, il est envoyé en Irak en temps que logisticien pour venir en aide à la population qui souffre de la guerre. Sur place, son équipe et lui « essuient les platres ». Il faut dire qu’à l’époque les règles de sécurité ne faisaient pas vraiment parti de la culture humanitaire et cela aura un impact fort sur cette génération d’humanitaire. À son retour, Stéphane réalise qu’aucune prise en charge n’est proposée pour aider les travailleurs humanitaires à surmonter les difficultés du retour à « la vie normale ». Il décide alors de s’investir pour sensibiliser les acteurs de la solidarité internationale à la prise en charge des expatriés au retour de mission.

L’association Noria Humanitaire propose alors un « sas de décompression » dans un gîte en Ariège. L’objectif est d’éviter cet isolement du retour d’expatriation qui amène parfois les humanitaires à repartir de façon précipitée sur le terrain. Stéphane organise des sessions d’accompagnement au retour. Ces moments privilégie les moments d’échange et de partage dans un cadre propice à la réflexion. Ce temps permet de se poser, de faire le point et de préparer sereinement un nouveau départ. Composé uniquement de bénévole, Noria Humanitaire est une plateforme d’écoute et de soutien qui poursuit son travail d’accompagnement et de sensibilisation au sujet du retour de mission et du soutien émotionnel aux travailleurs humanitaire.

Pour aller plus loin, vous pouvez vous rendre sur la page de Noria Humanitaire : https://www.facebook.com/groups/106370746050040/
N’hésitez pas à réagir sur le sujet dans l’espace commentaire.


Bertrand Groussard