Radio Laser, l'information locale sur Rennes et les Vallons de Vilaine
Twitter
Facebook
Rss


Sans-papiers : sans dignité?

Mercredi 19 Août 2015

2.500 migrants vivent aujourd'hui en Bretagne, dont 2.000 à Rennes. Fuyant des pays en guerre ou aux régimes politiques autoritaires, ces hommes, ces femmes, ces enfants pensaient trouver refuge dans le Pays des Droits de l'Homme. Mais souvent, au bout du voyage, la désillusion.


reportage_sans_papiers_sans_dignite.mp3 Sans-papiers sans dignité  (18.29 Mo)

Hasmik Simonyan habite avec son mari et ses enfants une chambre de la maison éclusière du Canal Saint-Martin à Rennes, transformé en squat. Son dernier fils a vu le jour au coeur de l'Eglise Saint-Marc, dans le quartier Villejean.

A l'époque, plus de 150 personnes occupaient ce lieu de culte. Suite à leur expulsion, certains ont pu être relogé. Les quatre familles vivant au squat du Canal Saint-Martin sont de ceux-là.

Venus de République Démocratique du Congo, d'Arménie ou encore de Libye, ils sont une vingtaine à se partager une maison prévue pour une petite famille.
Pourtant, la cohabitation se passe relativement bien. L'endroit reste propre, entretenu.

Mais cette maison est la propriété de la Région Bretagne. Ses occupants pourraient bien en être expulsés avant la fin de la trêve hivernale.

Le Collectif Un toit c'est un droit veille

Dans ce combat, les migrants peuvent compter sur l'aide et le soutien de l'association rennaise Un toit c'est un droit !

Accompagnement dans les démarches administratives, défense des personnes menacées, écoute et présence rassurante : les bénévoles brillent par leur dévouement.

Certes, cet engagement est parfois difficile à vivre : le retour aux frontières de personnes qu'on a côtoyé des semaines durant peut être insoutenable. Mais la richesse des rapports humains donne toujours plus de force et de courage à ces personnes qui n'ont, dans le fond, qu'un seul combat : le respect de la dignité.

 

L'IGR Entr'aides s'engage aussi

Association étudiante , l'IGR Entr'aides est également allé à la rencontre de ces sans-papiers. Un projet débuté à l'époque du squat de l'église Saint-Marc et qui se poursuit aujourd'hui.

D'abord engagés dans l'accompagnement des enfants (scolaire mais aussi des loisirs, des jeux), les étudiants de l'IGR-IAE de Rennes ont vite tissé des liens avec leurs parents.

 

Reste que malgré l'engagement et les luttes de ces personnes, les squats restent des solutions précaires. Menacé d'expulsion par le Tribunal Administratif de Rennes, le squat du Canal Saint-Martin s'est vu accordé le vendredi 19 décembre un sursis de deux mois.

D'autres n'ont même pas la "chance" de trouver un squat : ils dorment chaque nuit dans un abri de fortune.

L'Etat ne semble pas vouloir réagir. Malgré une dignité humaine bafouée, il reste silencieux à ce propos. Pour les membres du Collectif Un toit c'est un droit, le message paraît claire : la France aimerait voir les migrants quitter le pays d'eux-même. S'auto-expulser. En vain.

On dénombre en France plus de 140.000 sans-abris, et 300.000 à 400.000 sans-papiers.
 

Le plus

Découvrez l'histoire incroyable de Rachid Djaoued, héros sans-papier menacé d'expulsion.
 

Florian Le Bars




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 18:38 Foot : Rennes armé, on prend le Paris?


Recherche

Réagissez en direct


Écoutez la radio en direct sur le net



Grille des programmes de Radio Laser 2015-2016



Et nous, liserons


A la Cantorad


Devenez bénévole


Inscription à la newsletter

Les derniers Podcasts