Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Une bouche où l’on aimerait se perdre durant des heures, des jours et des nuits

Mercredi 16 Mars 2022


Un petit cœur derrière son masque… Voilà ce que cachait Arno…


s2___ep_88___une_bouche_ou_l_on_aimerait_se_perdre_durant_des_heures,_des_jours_et_des_nuits___chronique_du_16_03_2022_1.mp3 S2 – EP 88 – Une bouche où l’on aimerait se perdre durant des heures, des jours et des nuits – Chronique du 16_03_2022.mp3  (2.64 Mo)




Depuis des jours que je la croisais dans le métro, je ne voyais que ces yeux. Des yeux tendres et perçants qui dévoilent une âme solide mais douce.
C’était mon espoir du matin que de la voir. C’était la motivation qui m’aidait à sortir de chez moi pour aller au travail.
Je n’osais me demander ce qui se cachait au-dessous de ses pommettes. Elle était déjà si belle, si parfaite.
Parfois, nos regards se croisaient. Très vite, je baissais les yeux. Les miens n’étaient pas aussi beaux. Et puis, les yeux ne mentent pas. Ils auraient pu lui dévoiler l’amour secret que je lui portais.
Alors, je me replongeais dans mon livre pour cacher le fait que mon esprit et toute ses pensées était dirigé vers elle.
Ce matin, comme tous les matins, mon cœur battait en pensant à elle, si proche et si loin. Or, ce matin, tandis que je descendais à mon arrêt, elle aussi est descendue.
Arrivé à l’extérieur de la station, j’ai baissé mon masque. Puis je l’ai vu sortir. Elle aussi a baissé son masque. On aurait dit qu’elle se défaisait de d’un cheveu au coin de sa bouche.
Oh… Sa bouche… Je voyais enfin cette bouche subtile et délicate. Une bouche où l’on aimerait se perdre durant des heures, des jours et des nuits. Elle avait de belles lèvres, de ces lèvres qu’on embrasse tandis qu’elles nous embrasent.
J’étais perdu dans ces pensées tandis qu’elle s’est approchée de moi. Elle m’arracha de mon esprit en m’adressant un petit « Bonjour ». Un petit bonjour, avec un grand sourire.
Je cru m’évanouir. Imaginez-vous, j’étais trop timide pour échanger un regard… Alors, s’agissant d’échanger un mot…
Avec courage et maladresse, je bredouillais « B..Bonjour ».
 

Les réseaux sociaux d'Arno Labo


Laurent Montovert






Recherche








Inscription à la newsletter