Accueil de radiolaser.fr


Je me suis noyé dans un verre d’eau. C’est con. D’autant que j’adore la natation - Chronique d’un nouveau monde - Radio Laser - Média citoyen de proximité

Chronique d’un nouveau monde - Je me suis noyé dans un verre d’eau. C’est con. D’autant que j’adore la natation

Lien copié
Chronique d'un nouveau monde, est un billet d'humeur décalé et philosophique qui met en scène son auteur Arno Labo, et ses pérégrinations mentales ou autres observations du quotidien. Entre calembours, jeux de mots, ce trublion prend plaisir à se jouer de la langue mais pas que.

Abonnez-vous :

12 Février 2024
Description de l'episode


Je me suis noyé dans un verre d’eau. C’est con. D’autant que j’adore la natation.
C’est p’tit un verre d’eau. On pourrait penser qu’il suffirait de le boire d’une traite pour s’en tirer. Mais, vous vous en doutez, ce serait bien trop simple. Et puis aussi, bah ca aurait fait rater toute l’idée de cette chronique.
C’est étrange de se noyer dans un espace aussi clos. Généralement, on en voit le fond. Et puis, ça n’a rien de stressant un verre d’eau.
C’est pas la mer à boire un verre d’eau. Quand bien même on y foutrait du sel, on ferait un cul-sec en se disant « ça allait ».
Mais non. J’ai réussi à m’y noyer. Au début je patogeais, après je ramais et finalement, je me suis épuisé et j’ai sombré.
On n’a pas besoin de beaucoup pour tomber. Il suffit d’un petit rien assez efficace, ou bien de deux p’tits rien un peu efficace, et boum. C’est le collapse.
On se met à suffoquer, on panique, on manque alors encore plus de souffle… On se débat, on lutte, puis on abandonne. On se laisse couler vers le fond.
En fait, j’ai déprimé. J’étais triste. C’était un petit coup de mou, le passage d’un rapide spleen. Ca arrive…
Lorsque j’ai vu que je ne m’en dépatouillais pas, j’ai finalement choisi de me laisser aller. J’ai pris mes contraintes et les ais mises de côté. J’ai assoupli mes rigueurs. Je me suis laisser couler. J’ai patienté en attendant de toucher le fond.
C’est parfois important de savoir toucher le fond. Cela permet de reprendre appui pour rebondir et remonter à la surface.
Laissez-vous vivre. Laissez vous aussi chuter parfois. Ce n’est pas grave. Rien n’est trop grave.


Tous les episodes de Chronique d’un nouveau monde

Copyright - Tous droits réservés
Copyright
Tous droits réservés