Radio Laser - Média citoyen de proximité
.

Facebook
Twitter
Emissions Talk
Emissions Musicales

 

Recherche


Jean-Louis Tourenne : "Il faut que chaque enfant dispose à l'âge de trois ans de tous les moyens pour réussir sa vie"

Vendredi 31 Juillet 2020


En 2019, 400.000 personnes sont passées sous le seuil de pauvreté. Parmi eux, des enfants pour qui l'égalité des chances n'est qu'une notion abstraite : selon l'OCDE, il faudra à ses enfants 150 ans pour obtenir un revenu moyen (entre 1700 et 1900€). Une hérésie pour le sénateur PS d'Ille-et-Vilaine Jean-Louis Tourenne, qui plaide pour une obligation légale de l'Etat d'assurer à toutes et tous les conditions de l'égalité des chances.


La crise sociale était déjà bien installée : mouvement des gilets jaunes, radicalisation des mouvements de contestation, creusement des inégalités, des phénomènes accentués aujourd'hui par la crise sanitaire, toujours en cours actuellement.

Aussi, le sénateur socialiste Jean-Louis Tourenne a souhaité remettre à plat la question des inégalités. La France est malheureusement la vice-championne du monde de l'immobilisme social : autrement dit, quand vous naissez pauvre, vous avez peu de chances de vous extraire de cette condition.

Pourquoi? Selon l'ancien président du Conseil Département d'Ille-et-Vilaine (à l'époque Conseil Général), cela tient notamment aux premières années de la vie. Entre 0 et 3 ans, les enfants issus de familles défavorisées sont déjà pénalisés : ils sont sous-représentés dans les crèches, premiers lieux de sociabilisation, ils reçoivent parfois de leurs parents une éducation incomplète (faute de temps, de moyens, de savoirs).

Aussi, avec Patrick Kanner, ancien ministre des sports sous François Hollande, le sénateur bretillien a écrit une proposition de loi pour améliorer la situation. Elle introduit notamment le fait que l'Etat a la responsabilité et l'obligation d'assurer par tous les moyens nécessaires, à tous les enfants, l'égalité des chances. Ce qui n'est donc pas encore le cas.
D'autres points importants concernent la création de chèques-crèches, ou l'attribution d'allocations familiales réservées aux foyers les plus dans le besoin : "Est-ce normal que les enfants Lagardère aient le droit aux mêmes allocations que des enfants dans le besoin?" s'interroge Jean-Louis Tourenne.

Derrière ce grand thème plane aussi la redistribution des richesses. La France est parfois considérée comme un modèle dans ce domaine. Une erreur pour Jean-Louis Tourenne qui rappelle notamment les travaux de Timothy B. Smith, auteur canadien de La France Injuste. Il y explique notamment que les deux tiers de l'argent distribué dans le cadre de l'action sociale ne sont pas bien utilisées.

Il rappelle aussi qu'en trente ans "les 10% les plus riches de la population ont augmenté leurs revenus de 150%. Dans le même temps, les classes défavorisées n'ont augmenté le leur que de 25%".

Pour le sénateur PS d'Ille-et-Vilaine, ce constat s'applique malheureusement aussi au modèle de notre assurance-chômage. Il propose différentes solutions pour y remédier.

Enfin, Jean-Louis Tourenne affirme son soutien à Sylvie Robert, candidate à sa propre succession lors des prochaines élections sénatoriales en septembre prochain. Des élections qui marqueront aussi la fin de quarante ans d'engagement politique pour l'ancien maire de la Mézière, qui "consacrera alors sa vie à des satisfactions personnelles, à des envies particulières".
 
0731_gts_politique_bon_001.mp3 Jean-Louis Tourenne : "Il faut que chaque enfant dispose à l'âge de trois ans de tous les moyens pour réussir sa vie"  (23.7 Mo)


Pour aller plus loin


Florian Le Bars