Radio Laser - Ecoutez la proximité
.

Facebook
Twitter
Rss





"Les collectifs du 6 à Rennes" : une famille pour s’en sortir

Vendredi 10 Mai 2019

Depuis les années 1980, « les Collectifs du 6 » à Rennes tendent la main à ceux qui vivent ou qui ont vécu dans la rue. Au 6 rue de l’Hôtel-Dieu, dans leur local, des personnes sans-abri côtoient des camarades qui s’en sont sortis. Témoignages de membres des « Collectifs du 6 » qui aujourd’hui ne dorment plus dehors.


De gauche à droite : Pierre, Seb, Pascal et Joachim.
De gauche à droite : Pierre, Seb, Pascal et Joachim.
Le 6 rue de l’Hôtel Dieu situé à côté de l’ancien hôpital accueille deux fois par semaine des personnes sans-abri. Dans ce local des « Collectifs du 6 », ils viennent y trouver du réconfort et s’y réchauffer lorsqu’il fait froid dehors. Une boisson chaude et quelques biscuits y sont toujours offerts… Mais ce local est aussi un lieu de rencontres et d’échanges pour ceux qui s’en sont sortis.
les_collectifs_du_6.mp3 Les Collectifs du 6.mp3  (18.73 Mo)


Un lieu pour sortir de la rue

« Les collectifs du 6 et leurs actions, ça remplit ma vie », témoigne Joachim. Cet Allemand a vécu plusieurs années à la rue. Comme beaucoup, il a connu la dépendance à l’alcool.
 
« C’est un endroit où tu as une ambiance accueillante et chaleureuse », raconte Seb, ancien SDF lui aussi. Avec l’aide des bénévoles, il a pu se reconstruire. Il vit désormais dans un logement. « Je m'en suis sorti grâce à moi, parce que j’ai fait beaucoup d’efforts, et grâce à des soutiens", dit-il. Le "6" m’a permis de pouvoir parler et de trouver des solutions, de savoir comment je pouvais m’en sortir », poursuit-il.

Les "Collectifs du 6" : une famille

"Ça représente une famille", dit Patrick. Il a passé seize années à la rue après avoir perdu consécutivement deux compagnes et son chien. "C’est la famille qu’on s’est choisi", résume Seb.
Pierre, le prêtre ouvrier abonde dans ce sens. Il a consacré sa vie aux membres des "Collectifs du 6". "C’est ma famille ! Je suis vraiment heureux avec eux", s’exclame-t-il. "J’ai accueilli beaucoup de leur richesse et ils m’ont transformé humainement. J’ai reçu plus d’eux que je leur ai donné". Il poursuit : "C’est ça la famille ! On donne et on reçoit."
 

Le "collectif dignité cimetière"

Au sein du "6", plusieurs membres œuvrent activement pour que leurs anciens camarades, les sans domicile, puissent être enterrés dignement. Pour qu’ils puissent avoir une plaque et un nom sur leur sépulture, même s’ils n’ont pas d’argent. "On n’a pas trouvé normal qu’il y ait des belles tombes qui coutent Mathusalem, et que nous, à côté, on ait seulement un tas de terre", résume Patrick. D’ailleurs, le "Collectif dignité cimetière " ne milite pas uniquement pour les sans-abri, il permet à toutes les personnes qui n’ont pas les moyens de pouvoir être enterrées dignement.
 

Donner la parole, changer le regard sur les personnes sans-abri

Il y a quelques années, plusieurs membres des "Collectifs du 6" ont mis des mots sur leur vie. Des mots autour du sac, un objet symbolique pour les sans-abri. Des textes qui ont été adaptés, en 2013, par deux cinéastes, Emmanuelle Huchet et Eurydice Calméjane. En avril dernier, le film Mon sac ma maison a été projeté à Bruz.
 "Nous ne sommes pas des pestiférés. Nous ne sommes pas des bêtes. Un SDF c’est un être humain", déclare Pascal, lui aussi passé par la rue. Régulièrement, il raconte au public son parcours avec ses camarades du "6".
À l’espace Simone-Veil de Bruz, Joachim était présent. Il y a deux ans, il a écrit un petit livre d'une cinquantaine de pages, "Au bout de la rue de la soif", là où il passait ses journées à Rennes, quand il n’avait pas de logement.

Benoît Thérèze




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Juillet 2019 - 12:28 Le bénévolat, ça vous tente?