Radio Laser - Ecoutez la proximité
.

Écoutez la radio en direct sur le net

Facebook
Twitter
Rss





PhiPhiRock - 12 novembre 2018

Lundi 12 Novembre 2018


La playlist du soir !!!

phiphirock___12__novembre__2018.mp3 PhiPhiRock - 12 novembre 2018.mp3  (54.95 Mo)

969 ème émission Lundi 12 novembre 2018

PhiPhiRock 08

Partie 1


Jaakko Eino Kalevi Outside
Part Time So far away
Erika Wennerstrom Be good to yourself

Rubrique Sortie Jazz à l’Ouest

Bill Ryder Jones And then there’s you
J Mascis See you at the movies
Sam Fender Play god
Mudhoney Kill yourself live

Partie 2

The White Stripes Do
The White Stripes I Fought Piranhas

The White Stripes Dead Leaves And The Dirty Ground
The White Stripes Well It’s True That We Love One Another

Biographie The White Stripes

The White Stripes Rag And Bone
The White Stripes Icky Thump
The White Stripes Seven Nation Army

The White Stripes Apple Blossom
The White Stripes In The Cold, Cold Night

Festival Jazz à l'Ouest

PhiPhiRock - 12 novembre 2018
Jazz à l'Ouest #29
Du 6 au 24 novembre 2018


Cette année s’annonce riche en promesses à l’heure où le festival porté par la MJC Bréquigny prend son envol vers l’Asie orientale ! Un voyage à travers les cultures et les arts – chinois, japonais, coréens – dispensé dans les 22 salles partenaires au coeur de la métropole rennaise et de ses environs.
Un festival catalyseur d’une belle énergie entre les salles, les artistes, les bénévoles et puis bien sûr, le public ! Une symbiose qui se conjugue au pluriel en permettant à chacun, quel que soit son âge et son histoire de découvrir, de gouter à un menu autant musical que visuel, artistique et dépaysant s’il en est !

Mercredi 14 Novembre 19h30 - MJC Bréquigny
APERO-CONCERT : CONSERVATORY JAZZ’S COOL


• Gratuit
• Organisé par la MJC Bréquigny
• 02 99 86 95 95
• Concert assis et debout

La crème de la crème de la jeunesse rennaise et musicienne se réunit le temps d’une soirée pour un concert frais et piquant ! Un moment de découverte des zicos de demain, accompagnés par Pascal Salmon.
Et pour que tous vos sens soient en éveil, une petite restauration «tapas à la française» vous sera proposée sur place !

http://jazzalouest.com/#site

Biographie: The White Stripes

The White Stripes est un groupe de rock américain, originaire de Détroit, dans le Michigan. Il est formé en 1997 et composé de Jack White (John Anthony Gillis) au chant, à la guitare, au piano et à l'écriture et de Meg White (Megan Martha White) à la batterie, au chant et au piano.

S'affichant comme frère et sœur (mais en réalité ex-époux, mariés en 1996, puis divorcés quatre ans plus tard, en 2000), Jack White et Meg White (batterie et chant), sortent leur premier album The White Stripes en 1999.

Origines et débuts

Lycéen sénior, Jack Gillis fait la rencontre de Meg White au Memphis Smoke—le restaurant où elle travaillait et lisait ses poèmes en « open mic » chaque nuit. Ils se lient d'amitié et commencent à fréquenter les bars, clubs, et disquaires du quartier. À cette période, Gillis jouait déjà de la batterie avec des amis musiciens, comme Brian Muldoon et Justin Stockton. En 1994, il joue de la batterie dans le groupe de cowpunk Goober and the Peas.
Gillis et White se marient le 21 septembre 1996 ; contrairement à ce que veut la tradition, il prend le nom de sa femme. Peu après, Goober and the Peas se sépare, mais Jack continue de jouer au sein d'autres groupes comme celui de garage punk The Go, The Hentchmen, et Two-Star Tabernacle. Meg commence à apprendre la batterie. Le couple lance ensuite son groupe, hésitant avec des noms tels que Bazooka et Soda Powder, et s'établit finalement sous le nom de The White Stripes.
Les White Stripes jouent sur trois couleurs : le rouge, le noir et le blanc. Leurs pochettes de disques, leurs vêtements, leurs instruments sont tous de ces couleurs. La raison est simple, lorsque l'on naît, on ne peut percevoir toutes les couleurs. Le rouge est la première d'entre elles que l'on perçoit, mis à part le noir et le blanc. Jack White a également expliqué dans une interview que ces couleurs étaient les plus fortes, ayant le plus d'impact au niveau historique. Il cita comme exemple à ce titre le nazisme et le Coca Cola. Une autre origine du nom « White Stripes » proviendrait d'un bonbon que Meg et Jack auraient très bien connu durant leur enfance, aux rayures rouges et blanches. Enfin, bien sûr, ce trio de couleurs est en lui-même symbole de la simplicité et de la puissance du rock.
The White Stripes effectuent leur première performance scénique le 14 août 1997, au bar Gold Dollar de Détroit. Ils débutent leur carrière dans la scène du garage rock underground jouant avec des groupes locaux comme The Hentchmen, The Dirtbombs, The Gories, et Rocket 455. En 1998, Dave Buick — propriétaire du label indépendant de garage-punk Italy Records — fait la rencontre du groupe dans un bar et leur demande d'enregistrer un single.

The White Stripes et De Stijl (1998–2003)

Jack et Meg sortent leur premier album The White Stripes le 15 juin 1999. Leur premier album est produit par Jack et mixé par Jim Diamond au studio Ghetto Recorders à Détroit. L'album est dédié au musicien de Delta blues Son House—qui a fortement inspiré Jack.
Leur deuxième album, De Stijl, est publié le 20 juin 2000. Considéré comme un classique et enregistré sur une cassette analogique 8-têtes dans la chambre de Jack, De Stijl expose un blues simpliste et « scuzzy garage rock » notable avant le succès du groupe.
Les albums De Stijl et The White Stripes ne sortent en Europe qu'en 2001, c'est-à-dire en même temps que White Blood Cells. De Stijl est inspiré par le nom d'un mouvement néerlandais ayant pour principe une purification radicale de l'art, passant par un retour à des formes et à des couleurs basiques, ce qui définit parfaitement le style des White Stripes.

De White Blood Cells à Elephant (2001–2004)

Le troisième album des White Stripes, White Blood Cells, est publié le 3 juillet 2001 au label Sympathy for the Record Industry. Le groupe jouit du succès l'année suivante. Leur son garage rock les rend très populaires en 2002, faisant du groupe le plus acclamé de l'année.
À la suite d'un accident de voiture en 2002, Jack White s'est cassé l'index de la main gauche. Il a donc dû subir une opération qui a perturbé son jeu. Selon lui, à la sortie de Elephant en 2003, ses capacités étaient réduites à 60 %, ce qui l'a poussé à apprendre des accords avec son petit doigt.
Leur album suivant, Elephant (2003), marque leur consécration populaire, l'album salué par le grand public et une partie de la critique, appréciant un heureux retour aux sources du rock et leur capacité unique à faire de deux personnes un groupe. Le titre Seven Nation Army est emblématique de cet album. En février 2004, cette chanson a remporté un Grammy Award pour la meilleure chanson rock. L'album Elephant remporte le prix du meilleur album alternatif. Le morceau Seven Nation Army est repris par plusieurs groupes.
Jack White fait une apparition importante dans le film Retour à Cold Mountain (2003), en tant que Georgia. Il était à l'époque le compagnon de l'actrice Renée Zellweger, qui détient l'un des rôles principaux du film. Jack et Meg White jouent dans l'un des sketches du film Coffee and Cigarettes de Jim Jarmusch en 2004.

Get Behind Me Satan et Icky Thump (2005–2007)

En même temps que leur tournée mondiale commencée en mai 2005, Jack et Meg sortent en juin 2005 l'album Get Behind Me Satan, dans lequel trois chansons sont jouées à la guitare électrique, le reste laissant place aux marimbas, pianos et sonorités acoustiques et exotiques. La critique est mitigée. L'album marque une nouvelle évolution mais il conserve pourtant cette touche caractéristique du duo.
En 2006, le groupe apparaît dans l'épisode Jazzy and the Pussycats de la 18e saison de la série Les Simpson dans une scène clin d'œil au clip de The Hardest Button to Button, réalisé par Michel Gondry.
Le 19 juin 2007 marque l'arrivée du très attendu Icky Thump. Salué par la critique pour son ton plus rock qui revient aux sources du groupe, on y perçoit l'implication persistante de Jack qui semble vouloir élargir ses horizons, tout en gardant les sonorités blues et rock psychédélique qui ont fait connaître le groupe. Icky Thump se classe numéro 1 sur l'iTunes music store aux États-Unis. Mais le rythme de tournée et la surexposition nuisent beaucoup à Meg White qui est atteinte de stress aigu. Le duo annule les concerts de la tournée Icky Thump de 2007, venant même à poser la question de la poursuite de leur carrière.

Derniers travaux et séparation (2008–2011)

Pendant l'hiatus, Jack a formé un groupe qui s'apelle The Dead Weather dans le quel il joua avec Jack Lawrence, Dean Fertita et Alison Mosshart, tout en insistant sur le fait que The White Stripes restait sa priorité. Depuis la pause, après deux ans The White Stripes fait une prestation live pour le show Late Night with Conan O'Brien en février 2009, où ils ont joué une version alternative de "We're Going to Be Friends". Cette prestation s'avère être le dernier performance du groupe. En 2009 pourtant, Jack White annonce un septième album sur le quel ils travailleraient ensemble.

Jack aurait également donné son avis sur le stress aigu de Meg par rapport au derniere tournée des Stripes, en pointant qu'il était juste revenu d'une tournée des Raconteurs et qu'il était déjà à fond lorsque Meg venait de sortir d'une "année morte" et qu'elle avait donc du mal à devoir se porter à fond et toute seule.

Le 2 février 2011, le groupe annonce officiellement qu'ils ont cessé d'enregistrer et de performer en tant que The White Stripes. Ils précisent que ce n'est en aucun cas pour des raisons de santé ou disputes artistiques, mais tout "une myriade de raisons... pour préserver ce qui est beau et unique par rapport à ce groupe."

En 2014 lors d'un interview, Jack aurait dit que la manque d'enthousiasme de Meg White aurait contribué à la séparation du groupe. Jack White aurait rendu compte de la silence et l'attitude desenchantée de Meg lors du quotidien du groupe.

Style musical et influences

Jack White puise la source de ses compositions directement chez les plus grands bluesmen américains comme Son House, Robert Johnson ou Blind Willie McTell, mais également chez des groupes de garage rock comme The Gories ou The Sonics, le son des groupes de Détroit pré-punk comme les MC5 et The Stooges, ou le groupe punk de Los Angeles des années 1980 The Gun Club. Il est aussi un grand admirateur de Jimmy Page.

Riff de Seven Nation Army

Le riff de Seven Nation Army, mi-mi-sol-mi-ré-do-si est popularisé par les supporters de clubs et s'entend lors de nombreux évènements. Il aurait été chanté pour la première fois par le kop brugeois de la Blue Army le 22 octobre 2003 lors d'un Club Bruges - AC Milan. Le riff fut alors repris en ligue italienne avant qu'en 2006 les supporters de l'équipe nationale d'Italie ne l'entonnent, l'année de la coupe du monde.
En France, il est popularisé par l'une des toutes premières émissions de télé-réalité, puis dans le milieu sportif c'est le groupe de supporters Malherbe Normandy Kop qui fut le tout premier à chanter le riff lors du match de St-Étienne - Caen, en 2004. Il est souvent repris lors des concerts et festivals et quasiment lors de toutes les rencontres de l'Euro 2008 ainsi qu'à la fin de chaque rencontre de l'Euro 2012.

Projets parallèles

Jack White participe à un projet parallèle appelé The Raconteurs, groupe avec lequel il sort l'album Broken Boy Soldiers en 2006 et Consolers of the Lonely en 2008. On le retrouve aussi à la batterie du supergroupe The Dead Weather composé de Alison Mosshart (The Kills), Dean Fertita (Queens of the Stone Age), Jack Lawrence (the Raconteurs) sur l'album Horehound en 2009 et Sea of Cowards en 2010.

Discographie

Albums studio

• 1999 : The White Stripes (Sympathy for the Record Industry)
• 2000 : De Stijl (Sympathy for the Record Industry)
• 2001 : White Blood Cells (Sympathy for the Record Industry)
• 2003 : Elephant (V2 Records)
• 2005 : Get Behind Me Satan (V2 Records)
• 2007 : Icky Thump (Third Man Records)

Album live

• 2010 : Under Great White Northern Lights (Third Man Records)

Vidéographie

• 2004 : Under Blackpool Lights
• 2010 : Under Great White Northern Lights

Bibliographie

• Florent Mazzoleni, The White Stripes : Et la nouvelle scène de Détroit, éditions Hors Collection, 71 p., 2005 (ISBN 2-2580-6820-7)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Décembre 2018 - 20:00 METALOROCK- 95 - BEST LIVE 2018

Dimanche 16 Décembre 2018 - 19:55 Musiques Nocturnes #2.12