Radio Laser - Ecoutez la proximité
.

Facebook
Twitter
Rss






rucher collectifs

Mardi 2 Avril 2019

Réunion d'information le jeudi 4 avril 19h au bistroquet à Mordelles


RUCHER COLLECTF

L’apicultre est à la mode,si d’aventure la mode passe la sauvegarde des abeilles ne peut être remis à plus tard.

Pour une mairie ou une communauté soutenir le projet de création d’un rucher collectif c’est participer au mouvement de protection de la planete et par la même ,avec les autres actions engagées par elle, participer à la construction d’une image positive.

- Un rucher collecctif, comme un jardin partagé, est une stucture ou chacun peut venir pratiquer sa passion ou découvrir l’apiculture.

- Des particuliers des associations des structures sociales ,des écoles des particuliers peuvent venir mettre leurs ruches dans le rucher collectif qui devient alors un lieu de sociallisation et de rencontre.

- Les écoles peuvent mettre en place des projets pédagogiques avec l’aide du responsable du rucher , des EPADS des structures sociales peuvent également posseder des ruches à des fins de sociabilisation.

UN RUCHER COLLECTIF EST UN LIEU DE SENSIBILISATION A L’ECOLOGIE ET DE SOCIASATION

-Chacun est propriétaie de sa ou ses ruches mais les inclues dans la collectivité. Le travail est répartit entre tous ainsi que la récolte

- La pratique de l‘apiculture nécessite des connaissances, du temps et la disponibilité d’ emplacements.

- Au printemps lors du redémarage de l’activité des essaims il faut pouvoir juger de l’état de chaque ruche et évaluer si l’hivernage s’est bien passé et prendre les bonnes mesures pour une bonne saison apicole.

- A la période de l’expension des essaims il faut visiter les ruches au moins une fois par semaine.

- A la periode des récoltes il faut savoir le moment opportun pour prélever le fruit du travail des abeilles .Parfois le moment de la récolte correspond aux vacances de l’piculteur amateur qui pourra alors compter sur ses collégues pour recolater le miel.

- Au moment de la mise en hivernage il faut s’assurer de la quantité de ressources nécéssaire à l’essaim pour passer l’hiver et le nourrir ou non.

- Tout au long de l’année il faut s’assurer du bon état sanitaire du cheptel, connaître et identifier les maladies ou les intoxications dont les abeilles peuvent être victimes.

- pratiquer l’apiculture d’une façon collective permet de répartir les tâches et optimiser les connaissances.


 

Jean pascal Perron




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Juin 2019 - 19:01 27ème FÊTE DE LA MUSIQUE à PAIMPONT

Jeudi 13 Juin 2019 - 17:14 LAURENT CHANDEMERLE EN PLEIN AIR